Formule 1

Leclerc a mis ‘presqu’un an’ à s’adapter à l’univers Ferrari

Même s’il signait la pole pour son 2e GP

Recherche

Par Alexandre C.

16 août 2021 - 17:08
Leclerc a mis ‘presqu’un an’ à s’adapter

Promu au sein de la Scuderia Ferrari au terme d’une saison seulement passée chez Sauber, Charles Leclerc pouvait légitimement interroger début 2019 : sa promotion n’avait-elle pas été trop précoce ? Mais dès le deuxième Grand Prix à Bahreïn, le Monégasque répondait aux critiques en signant la pole, et aurait dû remporter la victoire si son unité de puissance Ferrari ne l’avait pas lâché.

Pour autant comme il l’a confié au podcast "Beyond the Grid", Charles Leclerc a affirmé, contre-intuitivement, avoir eu du mal à s’adapter à l’univers impressionnant de Ferrari, malgré une bonne impression initiale.

« J’étais à l’aise dès le début : j’avais beaucoup de choses à apprendre, mais j’ai eu l’impression de les connaître tout de suite - sur le plan des relations sociales. Ensuite, pour être à l’aise dans le fonctionnement d’une si grande équipe, combien de temps ça m’a pris ? Probablement près d’un an je dirais. »

« Près d’un an pour comprendre exactement la dynamique de l’équipe, comment vous faites face aux problèmes, comment vous réagissez à ces problèmes. Oui, probablement presque un an. »

« C’est une longue période. Oui, oui, c’est un temps très, très long mais c’est très, très intéressant. A vivre, ça semble beaucoup plus court et vous pouvez sentir toutes les étapes et chaque fois que vous apprenez quelque chose et que vous l’appliquez, vous comprenez mieux comment tout fonctionne. On se sent aussi plus en contrôle de la situation. »

Mi-2021, Charles Leclerc est désormais un pilote bien installé à Maranello, même si Carlos Sainz est bien plus qu’un faire-valoir et conteste, au moins au classement, le leadership de Charles chez Ferrari.

Mais entre le Charles Leclerc de 2019 et celui de 2021, il n’y a pas photo selon le principal intéressé.

« Je sens que j’ai beaucoup grandi en tant que pilote, en tant que personne. »

« A quel point ? C’est difficile à quantifier, mais je me sens définitivement un meilleur pilote par rapport à mon arrivée. La quantité de détails que nous emmagasinons après chaque course difficile, mais aussi après chaque bonne course que nous avons eue... cela rend les choses très intéressantes ; c’est un sport où j’apprends toujours et je pense que tout le monde sur cette grille apprend chaque fois qu’il monte dans la voiture. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less