Formule 1

Le tour rapide en qualifications, le meilleur moment en F1 selon Hartley

Un moment de pure performance

Recherche

Par A. Combralier

10 février 2019 - 14:24
Le tour rapide en qualifications, (...)

Brendon Hartley n’a pas été retenu par Toro Rosso pour la saison 2019. Certains aspects de la discipline reine du sport automobile ne lui manqueront pas, notamment la politique et la pression médiatique.

En revanche, le Kiwi regrettera certainement l’intensité des tours de qualifications : il s’agit, pour un pilote de F1, du moment le plus plaisant en week-end, selon son propre ressenti et son expérience d’une saison et demie.

« Quand les gens me demandent ce qui est le plus impressionnant en F1, je mentionne normalement les qualifications » explique Brendon Hartley.

« Bien sûr, il y a des milliers de choses que je pourrais mentionner, dont l’ingénierie, la technologie, mais en tant que pilote, les sensations en qualifications sont difficiles à traduire en mots. »

« Le réservoir de 105 kg est quasiment vide, et dès que vous passez la ligne de départ, le moteur se met en mode puissance maximale, l’aérodynamique et les réglages d’appuis sont à leurs niveaux maximums, et les pneus collent à la piste. Vous avez un tour de pure performance. »

« Cela prend toute une vie pour se préparer à cela, pour affiner vos talents de pilotage, afin de conduire votre F1 à la limite en qualifications – et parfois, au-delà de la limite. »

Par chance, Brendon Hartley a aussi eu l’occasion, l’an dernier, de conduire les monoplaces les plus rapides de toute l’histoire de la F1. En raison du nouveau règlement, les monoplaces pourraient ne pas être aussi véloces en 2019, tout du moins en début de saison…

« C’est un sentiment que je n’oublierai jamais, et je sais que je suis privilégié de l’avoir inscrit dans mes souvenirs. »

« Les F1 ont battu la plupart des records de piste en 2018, et en raison des changements constants de règlement, il est possible que la F1 ne soit plus jamais aussi rapide. »

Cette vitesse a des conséquences du point de vue de la nécessaire résistance physique…

« Nous subissons autour de 5 G chaque fois que nous appuyons sur la pédale de freins et que nous nous tournons rapidement le volant. C’est l’équivalent d’un poids de 35 kg reçu sur la tête à chaque mouvement. »

« C’est seulement lors des longues lignes droites que nous avons une occasion de respirer, même s’il y a toujours les changements de vitesse et les milliers de changements potentiels de réglages (en appuyant sur des boutons ou des palettes sur le volant), afin d’ajuster ces réglages – et ça remplit facilement cet intervalle de temps. »

Toro Rosso

expand_less