Le ’sauna’ de Singapour est ’épuisant’ pour les pilotes de F1

Ils se préparent au week-end le plus difficile de l’année

Recherche

Par Emmanuel Touzot

29 septembre 2022 - 17:42
Le 'sauna' de Singapour est (...)

Le circuit de Marina Bay s’apprête à constituer un défi très délicat pour les pilotes sur le plan physique. Carlos Sainz confirme que le Grand Prix de Singapour est le plus difficile pour les 20 acteurs principaux de la F1.

"Ce n’est pas un secret que cet endroit est un peu un four pour nous" a déclaré Sainz. "Rester mentalement vif est le plus difficile, parce que dans la chaleur, vous me laissez dans la voiture une demi-heure de plus à rouler à une certaine vitesse, je peux survivre."

"Mais si vous voulez ces trois derniers dixièmes de performance, de concentration, c’est vraiment un défi mental de les garder à cause de la façon dont c’est épuisant. Et avec les vibrations de la voiture, il est difficile de garder les yeux à niveau."

"Et le circuit est dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, donc le cou souffre aussi, parfois. Quand je m’entraîne en pré-saison, en janvier et février, je pense à Singapour, je ne pense pas à la première course. Pour moi, si vous survivez à Singapour, vous êtes prêt pour n’importe quoi d’autre en Formule 1."

"Un défi sur la concentration" pour Gasly

Pierre Gasly abonde dans le sens de l’Espagnol et a déclaré que Singapour était un test de concentration et d’attention pour lui et ses homologues : "C’est difficile de comparer avec quoi que ce soit d’autre parce que ces conditions, nous n’y sommes confrontés qu’une ou deux fois par an."

"Il y a une telle humidité, quand je vois combien de personnes en sueur il y a dans le paddock juste en train de se promener, vous pouvez imaginer comment nous nous sentons à l’intérieur de la voiture de course avec les habits ignifugés, les cagoules, et la combinaison."

"Le plus grand défi, je dirais que de mon côté, c’est que nous perdons jusqu’à 2,5 kilos, ou litres parce qu’il y a principalement des fluides de notre corps, donc juste l’impact que cela a sur notre concentration, il y a une demande physique, mais aussi un défi sur notre concentration."

"Il faut rester très vigilant parce qu’il faut rouler à pleine vitesse entre les murs, être extrêmement précis sur l’endroit où l’on pose la voiture et c’est généralement là que ça se corse, quand il faut jouer avec les centimètres après avoir perdu quelques kilos ou litres dans son corps. Donc c’est le plus grand défi de l’année."

"Un travail difficile" effectué dans un sauna

Valtteri Bottas explique que la forte chaleur mêlée à l’humidité est comparable à ce que l’on ressent dans un sauna : "Une bonne comparaison est en fait un sauna doux et humide, parce que c’est ce que l’on ressent dans la voiture et évidemment nous portons les sous-vêtements ignifugés, qui ne sont pas les choses les plus respirantes."

"Le flux d’air dans la voiture, dans le cockpit, n’est pas très important, voire absent. Donc, bien sûr, la température et la perte de fluides sont des facteurs importants, mais en plus, la piste est intense, il n’y a pas beaucoup de temps pour se reposer."

"Et elle est aussi bosselée, ce qui épuise encore plus votre corps. Pendant toute la durée de la course, jusqu’à deux heures, vers la fin, vous vous sentez fatigué et c’est un travail difficile. C’est le meilleur moyen de le décrire."

Un circuit "nul" si le pilote n’est pas préparé

Daniel Ricciardo se souvient quant à lui d’une expérience douloureuse lors de sa première saison, alors que sa préparation physique n’était pas parfaite : "Il y a un moment où vous priez pour la voiture de sécurité, pour un peu de refroidissement."

"C’est vraiment exigeant, les 20 derniers tours environ sont mentalement très durs. Et comme je l’ai dit, c’est de pire en pire. Après le 15e tour, c’est déjà assez chaud, et ça ne fait qu’empirer à partir de là !"

"Je ne vais pas être trop dur avec moi-même, je n’étais en f1 que depuis deux mois, donc je n’avais pas eu une saison entière d’acclimatation corporelle. J’étais encore en train de m’habituer au côté physique de la F1 et de faire des courses de 90 minutes et de deux heures."

"J’ai évidemment essayé de me préparer, mais je n’étais pas dans le sauna tous les jours. Je ne savais pas à quel point cela allait faire mal. Et puis je crois que j’ai cassé l’aileron avant au premier tour, donc j’étais déjà hors de la course."

"Du point de vue de la motivation, c’était dur. C’était nul. Et je me suis dit que je ne voulais plus jamais ressentir ça dans une voiture de course, alors j’ai toujours fait en sorte que Singapour soit la course où j’ai fait des efforts supplémentaires."

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos