Le quota de moteurs trop faible en F1 ? Pas pour Steiner et Vasseur

Pourquoi l’augmenter serait une fausse bonne idée

Recherche

Par Alexandre C.

29 octobre 2022 - 14:46
Le quota de moteurs trop faible en (...)

En cette deuxième moitié de saison, les pénalités pour dépassement des quotas moteurs pleuvent. Encore à Austin, Charles Leclerc, Fernando Alonso, Sergio Pérez, Guanyu Zhou ont fait partie des pilotes pénalisés. Et d’autres s’ajoutent à Mexico comme Kevin Magnussen.

La F1 n’est-elle pas allée trop loin dans son objectif de réduction des coûts et d’économie de moyens ? Faut-il accroire le quota moteurs pour les années à venir, jusqu’à l’entrée en vigueur de la prochaine réglementation moteur ? En particulier avec le doublement des courses sprint l’an prochain et le passage à 24 Grands Prix, la question devient plus sensible.

Günther Steiner, chez Haas, renvoie la balle à son manufacturier, Ferrari. Avant de rappeler qu’il apprécie la réduction de coûts que permet ce règlement restrictif.

« C’est plutôt une question pour les manufacturiers. Nous ne sommes que des clients, je ne peux donc pas répondre à leur place. »

« Mais à mon avis, ce règlement a été fait pour maîtriser les coûts. C’est l’une de ces choses. Et si les motoristes peuvent nous donner plus d’unités de puissance et que le coût reste le même, je n’ai pas d’opinion à ce sujet - mais je pense qu’ils seront mécontents autrement ! »

Günther Steiner recadre plus ou moins Ferrari ensuite, appelant à plus de fiabilité de la part du bloc transalpin.

« Nous devrions nous assurer - ou les motoristes devraient s’assurer - que les V6 soient suffisamment fiables. Lorsque ce règlement a été mis en place, beaucoup de gens ont dit que cela ne pouvait pas être fait et ça a pourtant été fait. C’est juste que les ingénieurs peuvent faire beaucoup si on les oblige à le faire. Il suffit de leur dire, donc je pense que le règlement devrait rester comme il est. »

« Mais comme vous l’avez dit, cette année nous avons eu un peu trop de problèmes de fiabilité. Vous pouvez simplement faire des changements pour progresser sur ce point. Cela devrait s’améliorer de toute façon. »

Autre client d’une équipe Ferrari, Frédéric Vasseur, pour Alfa Romeo, veut lui aussi, non pas plus de moteurs utilisés par an, mais moins de V6 qui partent en fumée. Là encore, la question des coûts est centrale pour une équipe de milieu de grille comme Alfa Romeo.

« Je ne suis pas sûr que nous devions changer quelque chose. Si vous augmentez le nombre de moteurs, ils concevront le moteur pour moins de kilométrage et nous aurons exactement le même moteur pour plus de kilométrage. Nous aurons exactement le même problème que si vous faites la saison avec six moteurs, le moteur ne sera pas conçu pour 8000 kilomètres, il sera conçu pour 3000 et vous aurez des problèmes à 2000 kilomètres. »

« Et en plus de cela, ce règlement a été fait pour garder les coûts sous contrôle et avec les nouvelles réglementations sur le moteur qui arrivent, il [le moteur actuel] sera gelé. Par conséquent nous aurons une meilleure fiabilité à l’avenir, nous devons nous en tenir à la réglementation actuelle. »

Alfa Romeo F1 Team - Sauber

Info Formule 1

Photos

Vidéos