Formule 1

Le promoteur du GP du Canada a l’impression d’avoir travaillé pour rien

Un plan qui n’aurait même pas été lu selon lui

Recherche

Par Olivier Ferret

27 juillet 2020 - 12:23
Le promoteur du GP du Canada a (...)

Le promoteur du Grand Prix du Canada, François Dumontier, a admis avoir eu un peu de mal à encaisser la nouvelle de l’annulation de sa course pour cette année.

Le Canada a su lutter efficacement contre le coronavirus, même si le pays voit une remontée des cas depuis quelques jours.

Dumontier affirme qu’il n’a pas eu énormément de soutien au niveau des autorités gouvernementales et municipales pour tenter de maintenir le Grand Prix.

"Pour le moment, on sait que l’interdiction des évènements sportifs ou culturels est valide au Québec jusqu’au 31 août. Est-ce que ce sera prolongé ? On ne le sait pas encore. Ce que je trouve dommage, c’est que nous avons travaillé pendant des semaines sur un plan de 100 pages, étoffé, après avoir consulté les plans d’organisations américaines et européennes, mais que nous n’avons reçu aucun accompagnement local pour le faire," indique-t-il à la Presse.

"Ce que je déplore, c’est qu’en date d’aujourd’hui, personne ne m’a rappelé pour me dire que le plan était bon ou non, pour faire des recommandations ou pas. Et ceci va ajouter à l’occasion ratée."

"Encore cette semaine, les gens parlent des difficultés du centre-ville de Montréal – il n’y a pas d’activités, les hôtels sont pratiquement vides –, et je crois qu’une course en octobre aurait pu remettre Montréal sur la carte. La F1 se déplace avec tout de même 2000, 2200 personnes chaque week-end de course, donc c’est 2200 chambres d’hôtel qui auraient pu être louées pendant ce temps-là. Cela aurait été une belle occasion de faire la promotion de Montréal."

Reste à savoir si le virus persistera encore jusqu’à l’année prochaine et quel impact il aura sur le calendrier 2021. La course pourra-t-elle avoir lieu en juin, comme d’habitude ? Ce n’est pas certain...

"J’espère que la situation va s’améliorer avec un vaccin, ou un médicament. Oui, c’est 2021, mais il va falloir que tout le monde collabore. Si les frontières restent fermées pendant un an, on reviendrait à la même situation. Ce n’est pas ce qu’on souhaite."

Dumontier en appelle aussi à l’unité des courses américaines pour 2021 "parce que la F1 ne peut pas venir de ce côté de l’Atlantique juste pour une seule course".

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less