Le plafond budgétaire a stoppé la ’guerre des dépenses’ en F1

Wolff se félicite des dernières règles mises en place

Recherche

Par Emmanuel Touzot

23 janvier 2023 - 08:22
Le plafond budgétaire a stoppé la (...)

L’arrivée du plafond budgétaire en F1 a été un frein pour les équipes de pointe que sont Mercedes F1, Ferrari et Red Bull. Selon Toto Wolff, c’est une très bonne chose d’avoir en Formule 1 une limite de dépenses à l’image de ce que l’on peut voir en football américain ou en basket.

"Le principal changement a été le plafonnement des coûts introduit par Chase Carey pour nous protéger de nous-mêmes" a déclaré Wolff au Times. "Auparavant, Red Bull, Ferrari et Mercedes se battaient dans leur propre ligue dans une guerre des dépenses sans fin."

"Mais les petites équipes n’étaient pas compétitives. Le plafonnement des coûts était basé sur un modèle qui existait aux États-Unis depuis longtemps. En NFL et en NBA, vous avez une limite à ce que vous pouvez dépenser pour votre équipe."

"La F1 a introduit un plafonnement des coûts pour le développement technique, ce qui a changé la donne pour l’aspect commercial de la F1. Tout à coup, nous étions rentables."

"Devenir compétitif et générer de la visibilité"

Wolff revient sur son arrivée chez Mercedes en 2013, d’abord en tant que directeur pour un cycle de trois saisons. Avec le succès et son envie de développer l’équipe, il est resté et a acheté un tiers du team qu’il dirige depuis dix saisons. Il sait aussi qu’il ne sera plus actionnaire le jour où il ne sera plus directeur.

"Je voulais avoir une meilleure vie et j’ai fait ce que je pouvais pour réussir. Lorsque j’ai commencé chez Mercedes en 2013, c’était un projet. Il était clair que je signais un contrat de trois ans. Je suis directeur de l’équipe et actionnaire à 30 % et lorsque le projet sera terminé, je revendrai les actions à Mercedes."

"C’est ce qui a été convenu. Au bout de trois ans, on s’est bien amusé, tout le monde a apprécié le succès, alors on l’a prolongé de trois ans. Mais c’était toujours un projet. C’était un peu comme ma vie dans les investissements : acheter, investir, développer, vendre, mais toujours une sortie."

"Puis, en 2020, je suis arrivé à la conclusion que c’est ce que j’aime faire. J’aime le côté sportif, et j’aime le côté commercial. Et ce que nous avons appris pendant le Covid, c’est que les entreprises de contenu sont résistantes aux crises. Si vous êtes capable de monter un spectacle, et de le diffuser, cela va divertir les gens."

"La vraie difficulté pour les entreprises de médias est de créer du contenu. Les équipes de NBA, NFL, football en Europe et maintenant la F1, sont des franchises limitées qui sont très difficiles à reproduire avec une barrière d’entrée élevée, car vous devez investir beaucoup avant de pouvoir devenir compétitif et générer de la visibilité."

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos