Formule 1

Le manque de suspense en F1 commence même à inquiéter Hamilton

Il s’exprime aussi sur ses progrès en qualifications

Recherche

Par Alexandre C.

31 août 2020 - 10:40
Le manque de suspense en F1 commence

L’écart de plus de cinq dixièmes, en Q3, entre Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, a beaucoup fait parler dans le paddock de Spa : alors que le Finlandais pouvait battre à la régulière son coéquipier l’an dernier dans cet exercice, en 2019, Lewis Hamilton est au-dessus du lot en 2020.

Lewis Hamilton a reconnu avoir fait de grands progrès dans cet exercice du tour rapide. Le travail paie, notamment dans le simulateur !

« L’année dernière, Valtteri a fait de très bons tours de qualifications, comme il le fait toujours, mais je pense que j’ai été nettement moins performant en qualification, ce qui est généralement... habituellement... un de mes points forts. C’était vraiment une question de comprendre ces pneus pour voir comment je les utilisais avec mon style de conduite. Pour cette année, j’ai dû faire quelques réglages et en plus, avec cette voiture, cela semble fonctionner assez bien. »

« Maintenant, je suis à nouveau capable de faire des tours de qualification comme je le faisais l’année dernière, et de manière plus régulière. Ce n’est que le résultat du travail en arrière-plan. C’est du travail que nous faisons sur le simulateur ; c’est des choses que nous faisons avec les réglages mais en les faisant bien sans affecter la course. Comme vous l’avez vu, l’année dernière, les courses ont été incroyablement fortes. C’est ce qui fait la différence. »

« Je veux dire que l’année dernière a été l’une de mes meilleures années, si ce n’est la meilleure. Mais, comme je l’ai dit, les qualifications ont été soudainement... J’ai eu une petite baisse de régime et l’objectif chaque année, bien sûr, est de s’améliorer physiquement, mentalement et avec les méthodes que vous appliquez... J’ai l’impression de conduire à mon meilleur niveau. »

Lewis Hamilton sait donc aussi se remettre en question course après course, malgré sa série de podiums et de victoires. C’est aussi ce qui fait la force de Mercedes, raconte le pilote anglais.

« Donc, après Spa, par exemple, nous avons un débriefing. Ce ne sera pas des sourires pour tout le monde. Ce sera comme : "OK les gars, ça, ça pourrait être mieux ; c’est la faiblesse de la voiture ; c’est là que nous devons vraiment nous concentrer. La communication. Qu’il s’agisse des réglages ou du niveau d’appui aéro que nous avons eu ce week-end, qu’il s’agisse de la motricité ou du moteur. Il faut pousser dans tous les domaines, les gars, revenir à la planche à dessin, continuer à pousser - et c’est comme ça que nous continuons à élever le niveau. »

La domination de Lewis Hamilton ne risque-t-elle pas de lasser les fans de F1 à la longue ? Même le pilote Mercedes semblait désolé, à chaud, après l’arrivée du manque de suspense... Cela ne rappelle-t-il pas le pire des années Michael Schumacher, au niveau du spectacle ?

« Je ne peux pas parler pour les fans mais ayant été fan, ayant grandi, ayant vécu à différentes époques et comme spectateur de l’époque Schumacher bien sûr, je sais ce que c’est. Dès que le départ est passé, vous savez généralement que je ne fais pas trop d’erreurs, donc vous... et c’est la même chose avec ces pilotes, vous savez, ils sont très très constants. C’est très difficile de doubler sur ce circuit, donc j’imagine que ce n’est certainement pas le plus excitant. Je ressens exactement la même chose que ce qu’a dit Max, ce n’était pas la plus excitante des courses... »

« J’aime toujours avoir de la bataille. Chaque fois que je passe le 15e tour, je regarde dans mon rétro, je vois où se trouve Valtteri, s’il est plus proche ou plus loin derrière, en prenant connaissance des temps qu’il fait, des écarts entre lui et Max et en essayant vraiment d’obtenir l’équilibre parfait à chaque tour. C’est toujours un défi énorme pour moi. Ce n’est peut-être pas aussi amusant à regarder, mais quand vous êtes dedans, c’est un peu différent. »

« Mais bien sûr, j’aimerais avoir une vraie course. J’ai déjà eu des courses ici dans le passé qui étaient un peu plus proches, en essayant de suivre la Ferrari et de rester devant eux, mais ils pouvaient dépasser parce qu’ils avaient toute cette puissance supplémentaire. J’espère que pour les prochaines courses, nous aurons les... Je pense que les Red Bull se sont améliorées. J’espère vraiment que nous aurons des courses plus intenses parce que je pense que tout le monde veut nous voir nous battre ensemble. »

L’interdiction du mode qualifications peut-elle booster Red Bull le samedi ? Le pilote Mercedes estime que ça ne « changera pas grand-chose » de son côté…

Le règlement 2022 porte heureusement l’espoir d’un renouveau du suspense...

« En fin de compte, les décideurs qui conçoivent les voitures, qui fixent les règles et ce genre de choses, sont ceux sur lesquels vous pourriez faire pression pour qu’ils fassent finalement un meilleur travail, si cela est possible. J’espère que c’est ce qu’ils vont faire en 2022 et qu’avec ce nouveau type de voiture, nous verrons peut-être une autre forme de course où nous pourrons nous suivre. Ne serait-ce pas quelque chose de génial si nous pouvions suivre de plus près et avoir des courses plus serrées ? »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less