Formule 1

Le Grand Prix du Mexique s’annonce très ouvert sur le plan stratégique

Le graining et l’usure des tendres vont compliquer le tout

Recherche

Par A. Combralier

27 octobre 2019 - 12:10
Le Grand Prix du Mexique s’annonce (...)

Les conditions étaient délicates hier, à Mexico, pour les qualifications. Les écuries de pointe ont tout de même réussi à se qualifier en médiums, ce qui leur donnera un avantage stratégique pour la course.

En raison du graining et de l’usure prononcée des tendres, il faut prévoir de sévères maux de tête pour les ingénieurs. Pirelli parle même d’un des choix stratégiques les moins évidents de l’année.

Une stratégie à deux arrêts pourrait sembler optimale sur le papier. Mais plus aucun pilote n’a de durs neufs disponibles… Il faudrait alors commencer en médiums, pour un relais de 20 à 23 tours, refaire un relais identique en médiums, avant de finir la course en durs.

La deuxième stratégie la plus rapide est aussi à deux arrêts : il faudrait commencer en tendres (9-13 tours), avant de passer en médiums (22-26 tours) pour finir en durs.

La stratégie à un seul arrêt serait « la plus lente » selon Pirelli. L’usure des pneus pose en effet grandement question ici… Le cas échéant, il faudrait faire un premier relais en médiums (26-30 tours) avant de finir en durs.

Mais « aucune de ces stratégies n’est gravée dans le marbre » prévient Pirelli ; des stratégies hybrides sont bien possibles. « Gérer les pneus sera la clef, surtout si les conditions sont fraîches et si les voitures glissent, ce qui peut causer du graining » poursuit le manufacturier.

Une stratégie à trois arrêts est également envisageable ; elle serait aussi rapide qu’une stratégie à deux arrêts. Mais cela pose la question du trafic.

Les conditions de piste – la piste sera-t-elle encore nettoyée dans la nuit ? – influenceront enfin grandement ces stratégies. Les températures pourraient d’ailleurs être un peu plus élevées ce dimanche (41 degrés).

Ce qui est certain, c’est que les pilotes qui se sont qualifiés en médiums ont bien eu raison de le faire, étant donné la forte dégradation des tendres. McLaren et Toro Rosso ont bien atteint la Q3, mais c’était en tendres, une mauvaise pioche…

« Les conditions de piste ont été très difficiles tout le week-end » a commenté Mario Isola, « avec des températures fraîches et des voitures qui glissaient beaucoup. Nous avons eu beaucoup de pluie vendredi soir, ce qui a nettoyé la piste pour le samedi. »

« Par conséquent, nous avons vu beaucoup d’évolution de la piste en qualifications. Dans ces circonstances, ce n’est pas une vraie surprise que de voir les trois écuries de pointe choisir de commencer la course en médiums. Cela devrait leur permettre de faire un premier relais plus long, et plus constant. »

« Mais en dépit des conditions complexes de pilotage, et en dépit d’une sélection de pneus un cran plus dur, le chrono de Max Verstappen, en Q3, était en fait plus rapide, par le plus mince écart possible, que le record établi l’an dernier. C’est un signe qui montre à quel point il y a peu de marge sur ce circuit. »

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less