Formule 1

Le GP de Turquie veut revenir à long terme au calendrier de la F1

Le promoteur veut 100 000 fans et des billets à 3 euros

Recherche

Par Emmanuel Touzot

2 septembre 2020 - 08:00
Le GP de Turquie veut revenir à long (...)

Le Grand Prix de Turquie effectuera son retour au calendrier de la Formule 1 cette saison, et sera la 14e manche d’une saison largement remaniée à cause de la pandémie de Covid-19. Les organisateurs de l’événement ont toutefois des ambitions très élevées, en comptant sur la stabilité de la situation sanitaire.

"Nous prévoyons d’accueillir 100 000 personnes en appliquant les niveaux de mesures les plus élevés" assure Vural AK, le directeur d’Intercity, possesseur du circuit. "Cela dépend de notre combat continu et réussi contre la maladie."

"Notre course, comme le Portugal et la Russie, sera tenue avec des spectateurs. Pour cette raison, la FOM a placé une grande importance sur le fait de pouvoir tenir l’événement en toute sécurité, avec le soutien des institutions publiques. S’il n’y avait pas eu de pandémie, nous pensons que 220 000 personnes auraient vu la course."

AK oublie toutefois que sans pandémie, il n’y aurait simplement pas eu de Grand Prix de Turquie, et son affirmation semble présomptueuse puisque c’est justement le manque de public qui avait coûté sa place au calendrier à l’Istanbul Park. Pour attirer du public, le promoteur prévoit des billets à un prix équivalent à trois euros la journée, ou neuf euros les trois jours.

"Pour que nos concitoyens puissent partager l’excitation autant qu’ils le veulent, et à la suite des réunions que nous avons eues avec la FOM, le prix des tickets a été ficé à 30 liras par jour à certains endroits du circuit. En payant seulement 90 liras, ils connaîtront l’excitation de la F1. Ce projet n’est pas fait pour le profit, c’est pour la publicité et le prestige de notre pays."

Mais Istanbul veut surtout profiter de cette opportunité inattendue pour prouver son savoir-faire à Liberty Media et assurer sa présence à long terme : "Nous avons fait notre part. Toutes les taxes pour la F1 seront payées par nous. Nous sommes heureux d’organiser cet événement énorme sans créer un fardeau pour notre état, mais nous avons besoin du soutien de tous les acteurs du secteur, publics et privés."

"Si nous organisons la course avec succès, nous ouvrirons la porte à un contrat à long terme qui pourrait débuter l’année prochaine. Nous étions en pourparlers pour la signature d’un contrat à long terme dès 2021, mais il est difficile pour un pays d’être ajouté sans qu’un autre ne parte. La pandémie a changé la donne. Mais pour l’instant, nous n’avons signé qu’un contrat d’un an."

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less