Le GP de Russie évalue des ’démarches juridiques’ face à la F1

Après la rupture unilatérale et définitive du contrat

Recherche

Par Emmanuel Touzot

8 mars 2022 - 10:42
Le GP de Russie évalue des 'démarches

Le promoteur du Grand Prix de Russie cherche toujours à conserver sa place au calendrier de la F1. Alexey Titov, la figure de proue du promoteur Rosgonki, explique que la manière dont la Formule 1 a arrêté le contrat définitivement ne correspond pas à la procédure classique.

La F1 l’a fait pour cas de force majeure, puisque la Russie a lancé une guerre en Ukraine, mais Titov estime que le préavis aurait dû être plus important, et que Rosgonki aurait dû avoir son mot à dire avant que le contrat soit annulé pour Sotchi cette année, mais aussi pour Igora Drive les années suivantes.

"Nous coopérons avec la FIA et la Formule 1 depuis longtemps, donc nous discutons encore de la situation actuelle et de la manière d’en sortir sans créer de crise" a-t-il déclaré à la chaine russe Match TV.

"Nous avons reçu un préavis de 10 heures. Nous avons également été notifiés de manière unilatérale, notre position n’ayant même pas été écoutée. Comme je l’ai dit, nous poursuivons toujours la procédure et il ne serait pas tout à fait correct de divulguer les détails maintenant."

"Je peux seulement dire qu’au départ, l’accord prévoyait que nous résilions le contrat pour cause de force majeure. Mais ensuite, tout s’est transformé en une résiliation unilatérale. Toutes les autres démarches juridiques nécessitent maintenant une analyse supplémentaire."

"Ce n’est pas un travail facile, mais nous allons le mener à bien. Il est absolument inutile de parler du résultat maintenant, mais nous allons travailler pour mettre fin à cette affaire correctement, car selon notre compréhension, ce qui s’est passé n’est pas tout à fait correct."

Titov explique que le contrat 2022 a déjà été payé par Rosgonki, et il assure que le promoteur va demander un remboursement à la F1 : "Nous parlerons d’un remboursement parce que les frais de cette année ont été partiellement payés et la Formule 1 doit les rembourser, qu’ils le veuillent ou non."

Toto Wolff s’est entretenu avec le journal Irish Independant et a dit être désolé pour le public russe. Néanmoins, il confirme que la F1 ne pouvait pas ignorer la situation : "Je suis triste pour le public russe qui aimait voir la F1, et pour une population qui ne s’intéresse peut-être pas à la géopolitique ou à tout ça."

"Mais nous, en tant que société, nous ne pouvons tout simplement pas passer outre. Même en tant qu’équipe sportive. Nous sommes motivés par le commerce, et c’est un endroit attrayant pour la course, mais à un certain stade, vous devez tracer une ligne."

La guerre déclenchée en Ukraine par la Russie a aussi eu des conséquences sur Haas F1, qui s’est séparé d’Uralkali et de son pilote Nikita Mazepin. Ce dernier a d’ailleurs annoncé une conférence de presse ce mercredi à 10h, heure française pour donner "sa version" des faits.

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos