Formule 1

Le duel de 2007 a fait passer Alonso pour un pilote de F1 malheureux

Dans une équipe britannique, contre un pilote britannique

Recherche

Par Alexandre C.

6 janvier 2022 - 15:14
Le duel de 2007 a fait passer (...)

Voir un Fernando Alonso heureux d’être là, avec le sourire, et jouant parfaitement le jeu d’équipe dans une bonne humeur, a presque surpris dans le paddock, tant le double passage de l’Espagnol chez McLaren s’était mal fini.

Pour autant, le public avait tort d’être surpris selon le pilote Alpine : la saison 2007 et le déchirement interne avec Lewis Hamilton, ont pu quelque peu fausser l’image de l’Ibère, qui ne serait pas si « politique » et bougon qu’on ne le dit…

Finalement, Alonso serait moins en cause que le caractère trop « british » de l’équipe alors dirigée par Ron Dennis.

« Je ne suis probablement pas d’accord avec cela [l’idée selon laquelle j’aurais pris moins de plaisir en F1 par le passé] car lorsque j’ai rejoint Ferrari, j’ai eu exactement les mêmes questions » expliquait-il récemment.

« Je me souviens parfaitement d’avoir répondu aux questions, pourquoi vous vous sentez si heureux maintenant ? Est-ce que le fait d’être dans une équipe italienne alors que vous êtes Espagnol vous convient mieux et vous rend heureux ? »

« J’ai répondu, oui, peut-être que c’est à cause de ça et maintenant nous avons le même sens de l’humour. Nous avons les mêmes caractères latins, donc peut-être que c’est la raison pour laquelle je suis heureux. »

« Puis je suis revenu chez McLaren en 2015, et c’était les mêmes commentaires, pourquoi êtes-vous si heureux maintenant parce que chez Ferrari, vous sembliez frustré, et maintenant même si vous ne vous battez pas pour le championnat, vous êtes toujours assez heureux en dehors de la piste. Alors pourquoi ce changement ? »

« Ensuite, quand j’étais en endurance ou en Indy, on me demandait, pourquoi êtes-vous si détendu maintenant ? En Formule 1, vous sembliez frustré, et cetera, et maintenant, c’est le même commentaire. »

Les Britanniques, encore les Britanniques, toujours les Britanniques ! Fernando Alonso, qui avait déjà dit que les sujets de sa Majesté pouvaient être favorisés par la FIA, en remet une couche.

« Depuis 2007 et la lutte avec Lewis Hamilton dans une équipe britannique, dans un environnement britannique, c’est le mauvais message que les gens ont perçu et que les gens ont répandu à mon sujet. Depuis 2007, tout le monde est surpris de voir à quel point je me sens bien et à quel point je suis heureux. »

« Je n’ai pas beaucoup changé. Je suis heureux aujourd’hui, mais je ne pense pas que je n’étais pas heureux au cours des dernières saisons. »

Ce qui a aussi été bénéfique pour Fernando Alonso, c’est de s’éloigner du paddock pendant deux années.

« J’étais fatigué en 2018, c’est sûr. »

« C’est pourquoi j’ai arrêté la Formule 1, parce que j’avais d’autres choses en tête, mais je continuais à profiter et j’ai fait une saison fantastique également en 2018 avec Zak Brown. »

« Je me souviens que nous avons planifié l’Indy 500 en 2017 et ensuite avec Stoffel Vandoorne, nous avons eu une relation fantastique également et nous nous sommes amusés. »

« Même si je partais, il y avait encore beaucoup de choses qui se passaient. Je suis une personne heureuse, même si ce message ne parvient pas à tout le monde. »

Alpine F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less