Formule 1

Le DAS de Mercedes F1, arme fatale ou bonus mineur au Nürburgring ?

Wolff, Horner et Vowles en discutent

Recherche

Par Alexandre C.

14 octobre 2020 - 16:50
Le DAS de Mercedes F1, arme fatale (...)

Le volant de Lewis Hamilton a été au centre des attentions et des préoccupations au Nürburgring, lors du week-end dernier. Le pilote Mercedes s’était soudainement plaint de mouvements brusques de son volant. Il avait alors demandé à son ingénieur, Peter Bonnington, de modifier les réglages de son volant – ce qui fut refusé par la FIA, pour cause de Parc fermé. En effet, il faut démontrer que le problème est lié à un dégât particulier sur une pièce pour pouvoir le modifier, ce qui n’était pas le cas en l’espèce.

James Vowles, le directeur de la stratégie, en a dit plus sur ce problème inhabituel : apparemment, le système DAS serait hors de cause ; mais ce problème aurait handicapé la performance pure de Lewis Hamilton en qualifications et en course.

« Vous avez peut-être entendu Lewis se plaindre des mouvements du volant. Il a dû jouter avec la colonne de direction et tout le système de direction bougeait d’avant en arrière, juste un peu. »

« C’est un facteur de performance, quand vous prenez un virage, vous essayez de sentir la limite des pneus, mais avoir un quelconque mouvement dans la colonne de direction fera que vous n’êtes pas certain si c’est la voiture qui bouge, les pneus, ou quelque chose d’autre. »

« Cependant, ce n’était pas un problème de sécurité, à aucun moment nous n’avons eu le moindre souci pour le système. »

« C’est quelque chose que nous avons remarqué samedi, mais le règlement du parc fermé stipule que si le composant est cassé, vous ne pouvez pas le remplacer, c’est pourquoi Lewis a dû courir avec, et il a fait un excellent travail compte tenu des conditions difficiles que nous avons eues dans cette course. »

Le système D.A.S. a pourtant été l’objet d’une autre (petite) controverse d’après-course. Alors que les températures de piste étaient fraîches au Nürburgring, moins de 15 degrés parfois, le D.A.S aurait parfaitement servi à Lewis Hamilton, selon Christian Horner, pour maintenir ses pneus en température, en particulier pendant les périodes de voiture de sécurité.

Le directeur de Red Bull a ainsi souligné l’importance de ce système qui sera interdit l’an prochain...

« Je pense que la voiture de sécurité a attendu très longtemps avant que remonte le peloton. Elle roulait si lentement, la température des pneus était un gros problème. »

« Mercedes, avec le système DAS, a pu gérer cela un peu mieux que nous. »

Ces propos ont été ensuite démentis par Toto Wolff, le directeur d’écurie. Selon lui, le D.A.S. n’est qu’un élément mineur de la Mercedes.

« Vous pouvez voir que les Red Bull, Max en particulier, ont été très bonnes dans le premier secteur. Donc leur mise en température des pneus, et tout ce qu’ils ont fait sur ce plan… c’était mieux que chez nous. Mais sur un tour évidemment nous avons regagné le temps perdu. »

« Le DAS nous a un peu aidé. Ce n’est pas un game-changer, la baguette magique comme tout le monde le croit. »

« Mais c’est un bon outil pour garder un peu plus de chaleur dans les pneus avant. »

James Vowles reconnaît tout de même que le D.A.S. était plus utile que de coutume dans l’Eifel, où le mercure n’a pas franchi les 10 degrés...

« Il est juste de dire que nous avons utilisé le DAS plus que jamais ce week-end. »

« En essais libres, pour travailler sur un seul tour, en qualifications mais aussi pendant la course. Quand nous l’avons utilisé en course, c’était dans le tour de formation, mais aussi lorsque nous étions derrière la Safety Car. »

« Nous avons eu un certain nombre de tours avec des pneus qui se refroidissaient de plus en plus. Je pense qu’il est juste de dire que la DAS a contribué à ce que notre redémarrage, après période de voiture de sécurité, soit aussi bon et qu’il a vraiment pris toute sa valeur ce week-end. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less