Formule 1

Le Brexit, entre ’tragédie’ et ‘sketch des Monty Python’ pour les patrons

Binotto se réjouit de diriger une écurie italienne

Recherche

Par Valentin Vilnius

16 mars 2019 - 18:03
Le Brexit, entre 'tragédie' et ‘sketch

L’horloge tourne et le suspense demeure autour du Brexit : aura-t-il lieu ? Sera-t-il reporté ? Sera-ce un Brexit sans ou avec accord ? La date fatidique (ou pas, si un report est décidé) du 29 mars approche…

Les directeurs d’écurie, ces dernières semaines, ont tiré la sonnette d’alarme, après avoir longtemps sous-estimé l’ampleur du problème. Et désormais ? Y a-t-il plus de sérénité ?

« Eh bien, essayer de suivre ce qui se passe dans la politique britannique, pour le moment, est assez difficile pour nous tous » reconnaît bien volontiers Christian Horner à Melbourne.

« L’action des hommes politiques, vu de l’extérieur, a l’air embarrassante. Le pays, bien sûr, a voté pour quitter l’UE, mais il semble y avoir un vote chaque jour au Parlement. Personne n’est assez certain de ce que demandent tous ces votes… Nous ne savons pas si nous reportons le Brexit, si nous restons dans l’UE, nous ne savons pas où nous allons. Donc si quelqu’un pouvait m’expliquer ce que signifie vraiment le Brexit, ça m’aiderait beaucoup ! Parce que pour le moment, il y a énormément de confusion de notre côté. »

« La réalité, c’est que le business se déroule normalement aujourd’hui, nous allons attendre et voir quand le Brexit arrive, et quand ce sera le cas, nous ferons avec. Bien sûr, vous essayez d’étudier un maximum de scénarios pour protéger votre business au jour le jour. »

Bien que Mercedes soit une équipe à capitaux allemands, Toto Wolff est également concerné par le Brexit, puisque les usines Mercedes sont implantées outre-Manche.

« Pendant quelque temps, j’ai trouvé cela vraiment tragique, mais la tragédie est devenue une sorte de bon divertissement. C’est mieux que la série Netflix ! Chaque soir, j’ai consulté le site de la BBC et les débats au Parlement, et vous ne savez pas si c’est un spectacle des Monty Python ou si ça arrive vraiment. Je me crée des problèmes maintenant, je ne devrais pas parler de politique ! Mais nous avons 26 nationalités dans notre entreprise, et c’est un sujet d’inquiétude. Nous sommes basés sur le juste-à-temps, et s’il y a une quelconque perturbation, ce serait un problème, mais je ne pense pas que cela pourrait arriver. »

« La F1 est la Silicon Valley du Royaume-Uni, mais il y a des industries bien plus importantes. L’industrie automobile serait énormément affectée si un Brexit sans accord arrive – je ne sais pas ce que cela signifierait vraiment. Mais à un certain moment, le bon sens doit prévaloir, je l’espère. »

Cyril Abiteboul est également concerné par le Brexit, puisque l’usine Renault est basée à Enstone.

« Nous avons regardé les options, essayé de faire des plans. Je ne comprends plus la deadline. Ce qui est importe vraiment, c’est que avons énormément de nationalités différentes dans nos équipes, donc nous voulons nous assurer que ces gens puissent rester où ils sont aujourd’hui, pour que nous continuions à investir en eux. »

Mattia Binotto, lui, n’a pas ce genre de problème : Ferrari est entièrement basée en Italie ! Le Brexit, n’est-ce pas une très bonne nouvelle, au fond, pour la Scuderia ?

« Je suis assez heureux que Maranello soit en Italie, et bien sûr, je peux voir que ces gars sont assez inquiétés. Je suis inquiet car le Brexit, ce n’est pas seulement un sujet d’inquiétude pour la F1, c’est un problème plus vaste, qui dépasse la F1, mais si je comprends bien, ils sont inquiets pour le moment. »

expand_less