Le 2e titre de Verstappen en F1 : plus facile mais ‘moins émouvant’ ?

Trois raisons qui vont dans ce sens

Recherche

Par Alexandre C.

9 octobre 2022 - 17:35
Le 2e titre de Verstappen en F1 : (...)

C’est désormais une certitude : Max Verstappen s’est succédé à lui-même et a remporté un deuxième titre pilotes consécutif.

A cette occasion, Nextgen-Auto revient sur le déroulement d’une saison moins cahoteuse que celle de l’an dernier – où le Néerlandais, après des débuts difficiles, a marché sur la concurrence.

Un 2e titre forcément moins émouvant que le premier ?

Alors qu’il vient de remporter un 2e titre consécutif aussi mérité que justifié, Max Verstappen va-t-il cependant ressentir, aujourd’hui, et au fil des prochains jours, la même émotion qu’en novembre 2021 ?

Rien n’est moins sûr cependant : pour trois raisons en particulier, ce 2e titre pourrait – comme Max Verstappen le confie lui-même – être plus facile, mais moins émouvant. Ou plutôt : moins émouvant, car plus facile.

Parce qu’une première fois est toujours plus intense

Première raison qui tend à rendre ce titre de Max Verstappen un peu moins émouvant : tout simplement parce qu’il s’agit du deuxième.

Max Verstappen n’est pas de ces pilotes qui, dans ses déclarations précédentes, a pu assurer qu’un deuxième titre serait tout aussi marquant que le premier. Selon le pilote Red Bull au contraire, les ‘premières fois’ laisseront toujours un sentiment indélébile.

« C’est la même chose avec la première victoire en course [Barcelone 2016], ma première victoire en course est toujours la plus émouvante de toutes » confiait-il ainsi en juillet dernier.

« Mon premier podium a été ma première victoire. C’était donc une journée folle, folle, dont je me souviendrai toujours. Quand j’ai gagné cette première course en 2016, c’était incroyable. »

« Toutes les autres victoires n’ont jamais été aussi émouvantes que celle-là parce que c’est la première fois que vous avez l’occasion de goûter à quelque chose comme ça, qui est une chose si difficile à réaliser en Formule 1. Je pense donc que ce sera différent [en cas de 2e titre]. »

Parce que remporter un titre – un seul – était le ‘but ultime’ de Max Verstappen

Deuxième raison, qui en est d’ailleurs le corollaire, qui rendrait ce deuxième titre un peu moins marquant pour Max Verstappen : les objectifs que le Néerlandais s’était lui-même fixés en arrivant en F1.

Il le confiait d’ailleurs après le Grand Prix d’Abu Dhabi l’an dernier : Max Verstappen, en débarquant en F1, voulait devenir champion du monde – point barre. Pas forcément multiple champion du monde.

« Je suis évidemment très heureux d’avoir remporté le championnat, c’était mon but ultime en arrivant en Formule 1, alors tout le reste ne sera que du bonus » soulignait-il ainsi en fin d’année dernière.

Parce que le titre 2021 fut bien plus extrême

Troisième raison pour laquelle Max Verstappen a déjà déclaré que ce deuxième titre serait moins émouvant que le premier : le contraste avec la dureté de la saison dernière.

En 2021, chacun s’en souvient, Max Verstappen et Lewis Hamilton se sont livrés un combat titanesque, roue contre roue, dents contre dents, au milieu des crashs et des polémiques, pour se départager – alors que la saison se finit à Abu Dhabi dans la controverse que l’on sait.

Cette année, pas d’affrontement d’homérique, pas de suspense, pas de grosses inquiétudes – sauf peut-être en début d’année à cause de la fiabilité. Non, Max Verstappen a marché sur la concurrence, profitant aussi d’une Red Bull supérieure, d’une aisance et d’une osmose stupéfiantes avec sa voiture et son équipe, pour empiler les victoires et vite créer un écart gargantuesque sur la concurrence. Il était certes aidé en cela par une Scuderia Ferrari, qui n’avait pas le niveau opérationnel de Mercedes l’an dernier.

Plus facile, ce 2e titre sera ainsi moins émouvant pour Max Verstappen comme il le déclarait en juillet dernier : « Je pense que ce serait moins émouvant si ça arrivait, ouais. C’était une saison très difficile et mouvementée l’an dernier. Nous devions être, en tant qu’équipe, tout le temps à 100% parce que nous savions que si nous n’étions pas parfaits, ils nous battraient, et vice-versa. Et ça a rendu les choses vraiment, vraiment difficiles. »

« Avec l’écart au championnat qui augmentait, diminuait, etc., c’était dur. Mais nous avons réussi à la fin. Cette année, je suppose que ce sera différent. »

Un titre moins émouvant car plus facile : ne serait-ce pas une douce rançon du succès ?

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos