Formule 1

Latifi compte faire la différence en F1 grâce à sa capacité à gérer la dégradation des Pirelli

Il dit avoir surmonté beaucoup d’adversité pour arriver là où il est

Recherche

Par A. Combralier

16 janvier 2020 - 14:49
Latifi compte faire la différence en (...)

Nicholas Latifi a réalisé une bonne saison 2019 en F2, qu’il a conclue à la deuxième place, derrière Nyck de Vries. Cependant le Canadien, à l’inverse de George Russell ou de Lando Norris en 2018, était un redoublant dans la discipline (troisième saison en F2), ce qui fait que sa progression apparaît plus laborieuse que fulgurante.

Cette saison convaincante, de même que l’argent de son père, le milliardaire Michael Latifi, ont convaincu Williams de le titulariser en 2020, à la place de Robert Kubica.

A la veille de disputer sa première saison en F1, Nicholas Latifi mesure le chemin parcouru depuis ses débuts – tardifs – en karting.

« Cela a demandé beaucoup de travail, beaucoup de sacrifices et beaucoup de travail en coulisses. J’ai dû surmonter beaucoup d’adversité, disons, ce qui n’était peut-être pas évident d’un point de vue extérieur »

« C’est un rêve devenu réalité pour moi. J’y ai travaillé pendant une grande partie de ma vie, 12 ans en fait, à peu près la moitié. »

Mais la titularisation de Nicholas Latifi ne doit pas être l’aboutissement d’une carrière, mais simplement son amorce : car l’ancien pilote DAMS veut s’imposer à long terme en F1.

« Tout ce travail a porté ses fruits jusqu’à présent et j’ai évidemment atteint la première étape de ma très longue liste d’objectifs. Mettre un pied en F1, c’est la première partie de ce travail. »

« Je veux faire une longue carrière en F1 et j’ai évidemment des objectifs élevés - je ne veux pas seulement être là pour faire le nombre sur la grille. Le fait que ce soit arrivé maintenant est une nouvelle incroyable pour moi et je suis extrêmement excité de me mettre au travail. »

L’annonce de la titularisation de Nicholas Latifi a été faite assez tardivement dans l’année, mais le Canadien semblait être au courant depuis un bon moment…

« Je ne peux pas dire quand on m’a prévenu exactement. Quand j’ai appris que j’allais obtenir le baquet, j’ai été un peu surpris, car je ne m’y attendais pas au moment où on me l’a dit. »

« Comme vous pouvez l’imaginer, c’est un processus un peu long parce qu’après qu’on me l’a dit, il y a eu la signature du contrat, qui suit son propre processus, et puis quand il est signé, on commence à planifier l’officialisation. Le processus s’est en quelque sorte enlisé, par petites étapes. »

« Ce que je peux dire, c’est que je n’avais pas l’assurance d’obtenir ma superlicence - c’était la première chose que je devais faire. Je pense que beaucoup de gens pensaient que c’était une affaire réglée depuis le début de l’année, ce qui était si loin de la vérité. »

Nicholas Latifi a-t-il eu peur de rater une occasion qui ne se serait jamais représentée ?

« Ce n’était pas ‘maintenant ou jamais’. Cette saison 2019 en F2 était censée être ma dernière dans tous les cas. Je suis heureux d’avoir eu une saison vraiment solide, parce que si je ne l’avais pas fait, je n’aurais pas fait ce saut vers la Formule 1 et j’aurais dû examiner autre chose pour savoir quelle aurait été la prochaine étape de ma carrière. Évidemment, je suis extrêmement excité car ce travail acharné a payé. »

En tant que pilote d’essais Williams l’an dernier, Nicholas Latifi a déjà pris un peu d’avance sur son planning…

« Pour tout ce qui concerne le pilotage réel, son analyse, l’analyse de la voiture aussi, je pense que [le fait d’avoir été pilote d’essais] aura plus d’impact en F1, parce que j’ai pris un peu d’avance bien sûr, et je pense que cela va être important. Avec Williams, je me sens très à l’aise et depuis mon tout premier jour, j’ai senti une bonne ambiance dans le garage. »

« L’un de mes points forts en Formule 2, je pense, était la gestion des pneus en course et en Formule 1, les pneus sont vraiment importants. Les pneus F2 sont un peu plus sensibles et en course nous pouvons avoir un peu plus de dégradation qu’en F1, mais vous pouvez appliquer beaucoup de ces leçons [apprises en F2] à la F1. »

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less