Formule 1

Binotto : Laisser passer Vettel était le seul espoir pour Ferrari

Cela ne s’est pas concrétisé en piste

Recherche

Par Emmanuel Touzot

14 avril 2019 - 18:22
Binotto : Laisser passer Vettel (...)

Mattia Binotto a justifié la décision de Ferrari, qui a demandé à Charles Leclerc de laisser passer Sebastian Vettel pour tenter d’aller chercher les Mercedes. Une stratégie qui n’a pas fonctionné et a pénalisé un peu plus le Monégasque, mais qui était la seule option viable pour la Scuderia selon son directeur.

"C’est toujours difficile à juger" analyse l’Italien. "Nous avons essayé tout ce qui était possible pour ne pas perdre de temps sur les Mercedes devant et c’était la seule chance qu’on avait à ce moment. Nous avons essayé, ça n’a pas fonctionné, mais je pense que c’était correct de donner sa chance à Seb. En tant qu’équipe, nous avons fait ce que nous pouvions."

Il admet que prendre cette décision n’a pas été simple : "C’est difficile pour l’équipe de donner un tel ordre car nous comprenons les pilotes, ils ont besoin de se battre pour rester devant autant que possible. Ce n’était pas une décision évidente."

"Je dois remercier Charles, il a encore montré qu’il était un bon membre pour l’équipe. Je pense qu’il y aura des moments où cette solution sera inversée. Nous devons penser en équipe et maximiser les points marqués par l’équipe. Sur ce plan-là, nous avons fait le bon choix."

Leclerc, de son côté, a avoué que l’explication de son directeur lui convenait. Nous vous avions rapporté ses propos après la course, où il avait déclaré qu’il attendait une justification de la part de son équipe après cette décision qu’il avait reconnu avoir eu "du mal à digérer depuis le cockpit".

"Nous avons eu notre réunion," explique le Monégasque quelques heures après la course, une fois l’adrénaline redescendue.

"Ce n’était pas une situation simple. J’étais en difficulté avec les pneus, nous l’étions tous les deux. Mais à ce moment-là, il a semblé que Seb était plus rapide. Cependant, à être derrière moi pendant plusieurs tours, il a aussi endommagé ses gommes et quand il était devant, ses pneus étaient fatigués" conclut Leclerc, ajoutant n’avoir "aucun problème" avec cela.

Ferrari

expand_less