Formule 1

La stabilité du règlement va-t-elle mener Red Bull au titre ?

Des chances bien augmentées cette année

Recherche

Par Emmanuel Touzot

19 janvier 2020 - 13:46
La stabilité du règlement va-t-elle (...)

Depuis le début de l’ère hybride de la Formule 1, Red Bull n’a pas réussi à viser le titre face au rouleau compresseur Mercedes. Pourtant, lorsque les V6 turbo hybrides sont arrivés en F1, Red Bull et Sebastian Vettel venaient d’enchaîner une domination de quatre ans.

Mais en 2014, le moteur Renault était en retrait de Mercedes, qui se préparait à cette évolution réglementaire depuis 2009, et Red Bull n’a pas réussi à lutter, malgré de belles performances et trois victoires pour Daniel Ricciardo, notamment à Spa-Francorchamps.

Les performances n’étaient pas mauvaises dès le début de saison, mais Red Bull n’a jamais été dans le rythme, dans une saison qui a finalement été une année de transition avec la prise de pouvoir de Ricciardo en interne et le départ de Vettel.

L’année 2015 a été très mauvaise pour Red Bull, Renault n’ayant que l’équipe autrichienne pour faire progresser son V6, et le châssis n’étant pas assez réussi pour pouvoir lutter contre Mercedes, Ferrari, mais aussi Williams et son moteur Mercedes.

Le début d’une nouvelle ère finalement avortée

Si la saison 2016 n’a pas amené autant de victoires que 2014, elle a permis à Red Bull de se reprendre, puisque l’équipe a terminé vice-championne des constructeurs avec deux succès et un doublé, son premier depuis 2013, avec Ricciardo et Max Verstappen.

Directement dans le rythme au début de cette saison, Red Bull avait pris la décision de promouvoir Verstappen en Espagne, avec une première victoire à la clé ce week-end-là. Dès lors, la saison a été marquée par de belles performances, avec un total de 16 podiums et une amorce de retour aux avant-postes.

Mais la nouvelle génération de monoplaces, plus larges, est passée par là, et Red Bull a eu du mal à s’y adapter en 2017, avec une monoplace pointue aérodynamiquement. Le début de saison a été correct avec une belle série de podiums pour Ricciardo, mais la fiabilité n’aidait pas non plus à faire de belles performances.

Il a fallu attendre la huitième course de la saison, à Bakou, pour que l’Australien monte sur la plus haute marche du podium, tandis que Verstappen a gagné à Sepang et à Mexico. Une nouvelle fois, la fin de saison était plus convaincante que le début.

Moins de difficultés début 2018

Hormis l’arrivée du Halo, la réglementation a peu évolué en 2018 et Red Bull a immédiatement été dans le rythme. Verstappen a fait énormément d’erreurs en début de saison et il y a notamment eu l’accrochage à Bakou entre les deux pilotes, mais Ricciardo a gagné deux des six premières courses.

Malheureusement, la fiabilité n’a pas été au rendez-vous et Ricciardo n’a plus atteint le podium après, tandis que Verstappen a gagné deux courses et s’est rattrapé d’un début de saison houleux. Mais de nouveau, Red Bull prouvait qu’une base de travail commencée la saison précédente lui permettait d’être immédiatement au niveau.

En 2019, en plus d’un règlement aéro revu largement, Red Bull devait composer avec un nouveau motoriste, Honda, et le début de saison a de nouveau été compliqué, malgré un podium dès Melbourne. Sur le plan de la performance, Red Bull a rattrapé une bonne partie de son retard en Autriche, avec une évolution réussie de la RB15.

Pour la saison 2020, Red Bull pourra bénéficier à la fois de la stabilité du règlement, mais aussi de celle de son motoriste, Honda, dont les progrès ont été impressionnants en 2019, ainsi qu’un duo de pilotes reconduit, ce qui aidera à un travail plus efficace.

Vers la meilleure saison de l’ère hybride ?

A l’image de 2016, Red Bull semble armée pour disputer une saison 2020 dans laquelle elle pourra lutter pour les titres mondiaux. Ce n’était évidemment pas le cas en 2016, mais la convergence des performances, notamment au niveau du moteur, permet aujourd’hui de réduire l’écart face à Mercedes.

La stabilité réglementaire sera d’autant plus un atout pour Red Bull que sa RB15 était devenue très performante en fin de saison, comme l’a montré Verstappen au Brésil. Helmut Marko a d’ailleurs confirmé que la RB16 ne serait qu’une évolution de la voiture de la fin de saison dernière.

Dès lors, Red Bull aura les cartes en main pour disputer ce qui pourrait être sa meilleure saison depuis 2013, à condition que Verstappen affiche le même niveau qu’en 2019, et qu’Albon se rapproche un peu de son chef de file. Si tous les ingrédients mis en place sont exploités au maximum, Red Bull pourrait alors se mettre en position de détrôner Mercedes.

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less