La pluie a eu des avantages et des inconvénients en Hongrie

Verstappen, Hamilton et Russell racontent leur course

Recherche

Par Emmanuel Touzot

1er août 2022 - 14:56
La pluie a eu des avantages et des (...)

La pluie a fait son apparition dans les toutes dernières minutes de la course au Grand Prix de Hongrie. Max Verstappen explique avoir eu peur de ne pas mettre assez de température dans ses gommes, ce qui l’a poussé à être très prudent après la dernière relance.

"Ils m’ont dit à la radio qu’il pourrait y avoir un peu de pluie et avec les pneus qui baissent en température, ça rend toujours les choses un peu plus délicates" a déclaré Verstappen en conférence de presse après la course.

"Et puis nous avons eu la voiture de sécurité virtuelle aussi, donc vous perdez encore plus de température sur vos pneus. Oui, le dernier tour a été effectué très lentement, juste pour être sûr de ne pas partir en tête-à-queue."

Une piste sèche mais des conditions inquiétantes

Malgré une bruine persistante tout au long de la course, l’asphalte n’a jamais changé d’adhérence, comme l’explique Lewis Hamilton : "Il n’y avait pas une once de partie humide sur la piste, juste pour que vous le sachiez. C’était complètement sec, et il n’a pas plu assez malheureusement."

Verstappen craignait, à l’inverse de son rival, que la pluie s’abatte : "Une fois que vous êtes en tête, vous n’avez personne devant et vous entendez ces rapports météo qui ne sont pas géniaux."

"Comme je l’ai déjà expliqué, la température des pneus baisse, et vous avez des gars derrière vous avec des pneus plus frais, un set plus tendre aussi. Donc ce n’est pas génial, mais l’écart était heureusement assez grand pour le gérer."

Verstappen raconte son tête-à-queue

Le Néerlandais est ensuite revenu sur son tête-à-queue : "Je ne sais pas, j’ai juste mis les gaz et j’ai complètement perdu l’arrière. Mais quand j’ai commencé à me rapprocher de Lewis et Lando, j’ai commencé à avoir des problèmes avec l’embrayage et les changements de vitesse."

"Nous avons donc dû faire quelques changements pour essayer de minimiser le glissement. Et il y avait toujours un peu de patinage sur l’accélérateur. Donc, je ne sais pas, ça m’a juste surpris complètement à la sortie de ce virage."

George Russell a également apprécié les conditions variables et l’effet de la bruine sur la limitation de surchauffe des gommes : "La bruine a rendu la course excitante et à certains moments, elle a probablement permis aux pneus et aux voitures d’aller plus vite parce que les pneus ont pu surchauffer légèrement et la bruine a aidé."

Mercedes F1

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos