Formule 1

La Haas est ‘bien née’ et Grosjean s’attend à le prouver à Melbourne

Commencer la saison sur une 6e place, comme en 2016 ?

Recherche

Par Valentin Vilnius

10 mars 2019 - 11:02
La Haas est ‘bien née' et Grosjean (...)

L’heure de la rentrée a sonné pour Haas et Romain Grosjean. Le Français défendra à nouveau les couleurs de l’écurie américaine.

Les essais de Barcelone ont été contrastés pour Haas : la performance paraît au rendez-vous, mais la fiabilité a laissé à désirer…

« La préparation pour l’Australie s’est très bien passée » assure le pilote français. « Le plus important, c’était d’avoir un bon ressenti dans la voiture, dès le début. Une fois que vous avez eu ce bon pressentiment, alors, vous savez que la voiture est bien née. C’est important pour bien commencer la saison – être capable de commencer sur une bonne note. »

« Oui, ça s’est bien passé. La fiabilité… nous avons eu quelques problèmes, mais nous avons bien travaillé pour les régler. Je crois que nous sommes désormais prêts pour la première course. Bien sûr, vous en voulez toujours plus, mais ensuite, tout dépend de la nature de chaque circuit. Maintenant, il faut avoir de bons réglages pour commencer le week-end à Melbourne, et ensuite les affiner pour Bahreïn, la Chine et ainsi de suite. »

Haas était la meilleure des autres en début de saison dernière. Et cette fois-ci, où situer l’équipe américaine selon Romain Grosjean ?

« Nous en avons une première idée, mais il est vraiment difficile de lire la hiérarchie en détail. J’attendrais de voir les quelques premiers courses pour savoir où nous en sommes. »

« La nouvelle voiture est très sexy, très belle. Son maniement est très bon. Le ressenti y est meilleur que l’an dernier. Je pense que l’équipe a fait du très bon travail pour comprendre le nouvel aileron avant et pour le préparer pour la première course. J’ai vraiment hâte de conduire la voiture sur différents types de circuits. »

Ce nouveau règlement va-t-il d’ailleurs, comme espéré par la FIA, favoriser les dépassements ?

« Je ne sais pas ; je n’ai pas eu encore la chance de suivre une autre voiture. Le Grand Prix d’Australie est toujours une course où il y a très peu de dépassements. C’est juste la nature du circuit. C’est un Grand Prix si formidable, peu importe… »

« Kevin a été très enthousiaste pour les dépassements, mais je n’ai pas eu l’occasion de suivre, de mon côté, d’autres voitures. La seule chose que j’ai remarquée, c’est que quand vous n’utilisez pas le DRS, vous vous sentez très lent en lignes droites. Donc nous pourrions voir un peu plus de dépassements grâce au DRS. »

L’Australie est un Grand Prix historique pour Haas : c’est ici que Romain Grosjean marqua les premiers points de l’écurie, une belle sixième place obtenue dès la première course…

« Cela signifiait beaucoup pour nous. C’était un résultat que nous n’attendions pas, surtout après de rudes qualifications. Notre course fut brillante. Après avoir passé le drapeau à damiers pour nous, c’était clairement comme une victoire. C’était un résultat heureux, mais parfait. »

Pour terminer, si Romain Grosjean ne devait retenir qu’une portion du circuit de l’Albert Park…

« J’adore la ligne droite avec les virage à haute vitesses, les virages 10 et 11. »

Haas F1

expand_less