Formule 1

La fin des indépendants en F1 : Claire Williams regrette une situation devenue impossible

Il faut juger son bilan à l’aune de sa situation

Recherche

Par Alexandre C.

5 septembre 2020 - 14:43
La fin des indépendants en F1 : (...)

Dorilton Capital n’aura pas traîné avant d’écarter la famille Williams du management de l’équipe de F1 : les nouveaux actionnaires ont jugé qu’il était visiblement urgent de changer les têtes dirigeantes de l’équipe… Cette nouvelle symbolise la fin des équipes familiales, des indépendants, qui représentaient encore, en 1977, 90 % du plateau. Une page se tourne, et Williams l’a refermée.

« En réalité, cette époque est révolue » a confirmé Claire Williams, émue, dans le paddock de Monza.

« C’est clairement dommage, parce que je pense que le fondement même est que ce sport a été construit sur ce genre d’individus, d’indépendants, mais le monde change et le monde a changé de manière spectaculaire au cours des dernières... même des quelques dernières années où nous avons couru en Formule 1. »

Ecartée, voire licenciée sans qu’elle puisse l’avouer, Claire Williams a surtout tenu à défendre son bilan, attaqué de toutes parts alors que Williams croupit encore en queue de peloton cette année. Mais gérer une équipe indépendante n’a rien d’aisé aujourd’hui !

« Je tiens à souligner que nous avons reçu beaucoup de critiques pour certaines des décisions que nous avons prises chez Williams au cours des dernières années, mais tant que vous ne verrez pas ce qui se passe dans les coulisses d’une équipe de Formule 1, en particulier dans l’environnement dans lequel nous évoluons actuellement dans ce sport, qui est de plus en plus dur… je pense que notre équipe a fait un travail extraordinaire... toutes les personnes qui ont travaillé en coulisses pour simplement maintenir notre équipe en vie et continuer à se battre en tant qu’équipe indépendante, c’était extraordinaire. »

« Et je suis très fière de ce travail et je ne regretterai jamais d’avoir pris des décisions pour que nous conservions cette indépendance au cours des dernières années. »

« Mais je pense que la Formule 1 a changé et je pense qu’il serait extrêmement difficile pour quelqu’un du genre de Frank, comme dans les années 70, de commencer avec rien aujourd’hui. Ce serait tout simplement impossible. C’est une autre raison pour laquelle je suis si heureux que les Accords Concorde aient été finalisés, car cela va contribuer à créer un sport beaucoup plus équitable et permettre à des équipes comme la nôtre de réussir à l’avenir, mais aussi d’être durables. »

Une période intermédiaire s’ouvre chez Williams, en attendant la nomination du nouveau directeur d’écurie. Claire Williams sera-t-elle impliquée dans le choix de son successeur ?

« Oui, il y aura une période de transition. Je vais travailler... ce sera évidemment mon dernier week-end de course, mais je vais travailler quelques jours par semaine au cours des prochaines semaines pour passer le relais afin de parler à Dorilton de l’équipe, de son fonctionnement interne et de l’expertise dont elle a besoin pour arriver. Il est évident qu’ils sont déjà dans le métier, qu’ils font leur devoir avec diligence, qu’ils examinent le potentiel de l’équipe, et qu’ils étudient ce qu’ils peuvent faire pour investir dans l’entreprise ; et je vais les aider à cet égard pour les conseiller au cours des prochaines semaines. »

Après le départ de Monisha Kaltenborn, de chez Sauber, Claire Williams était la dernière femme dirigeante d’une équipe de F1. N’est-ce pas un recul pour la diversité ? Et que pourrait dire, maintenant qu’elle est plus libre, Claire Williams sur cette question qui lui tient à cœur ?

« Nous avons énormément travaillé chez Williams afin de promouvoir une plus grande diversité dans tous les domaines, en particulier la diversité des genres. J’ai le sentiment que ce travail a été couronné de succès, mais il se poursuivra, que je sois là ou non. Les équipes que nous avons mises en place chez Williams pour gérer ces programmes sont incroyablement passionnées et je sais qu’elles continueront ce travail. Mais je pense que la Formule 1 a changé au cours des dernières années. Je pense que le monde a changé et qu’en réponse à cela, la Formule 1 s’est beaucoup diversifiée. Nous voyons beaucoup plus de femmes travailler dans notre sport et je sais que cela va continuer. »

« Je sais que mes collègues directeurs d’équipe pensent maintenant à nommer un plus grand nombre de femmes dans tous les domaines et c’est quelque chose qui est à l’ordre du jour chez tout le monde. Mais j’ai toujours pensé que ce sport devrait être basé sur une méritocratie et je pense que seules les meilleures personnes travaillent dans ce sport et que cela devrait continuer à être le cas. »

« Nous avons besoin de plus de femmes. Comme je l’ai dit, nous avons vu plus de femmes entrer en Formule 1 ces dernières années et j’espère que le travail se poursuivra et je suis absolument convaincu que ce sera le cas. »

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less