Formule 1

La FIA détaille le procédé d’analyse de l’accident de Grosjean

Elle espère proposer un rapport dans 6 à 8 semaines

Recherche

Par Emmanuel Touzot

3 décembre 2020 - 11:15
La FIA détaille le procédé d’analyse (...)

Le département sécurité de la FIA va se pencher sur l’accident de Romain Grosjean à Bahreïn, de la même manière qu’il examine tout accident sérieux ayant impliqué un concurrent d’une des disciplines régies par la fédération.

Le crash du Français, survenu au troisième virage de la course dimanche, comporte beaucoup d’éléments à analyser, alors que le déroulement des événements a montré plusieurs failles de sécurité qui n’avaient pas été vues depuis de nombreuses années.

Bien évidemment, la FIA cherchera à comprendre pourquoi le châssis de la Haas VF-20 du Français s’est coupé en deux, la faisant s’embraser immédiatement, et pourquoi la glissière de sécurité a été éventrée dans le choc.

Outre ces deux éléments principaux, la FIA promet d’étudier le casque de Romain Grosjean, qui a parfaitement protégé la tête du pilote dans les flammes, son HANS, son harnais, ses vêtements ignifugés et l’extincteur de cockpit, tant d’éléments qui ont contribué à sauver la vie du Français.

Le Halo monté sur ce qu’il reste de la Haas sera aussi étudié de près, puisqu’il a parfaitement résisté au choc, mais la force qu’il a appliquée sur la cellule de survie devra aussi être prise en compte, car celle-ci a été fendue dans le choc.

Romain Grosjean expliquait à Canal+ que le tour de cou des pilotes, qui est amovible pour les laisser sortir du cockpit, est de plus en plus un élément d’inquiétude, après qu’il s’est arraché lors de son accident, mais aussi dans celui d’Alex Albon deux jours avant.

Les données complètes de l’accident seront collectées, puisque la F1 est un des championnats sportifs les plus surveillés, grâce à des boîtes noires incluses dans les monoplaces. De même, la caméra à haute vitesse située face au pilote, qui peut prendre jusqu’à 400 images par secondes, permettra d’étudier le choc subi et les difficultés rencontrées pour sortir de l’épave, alors que le tour de cou l’a bloqué.

La boîte noire, aussi appelée Accident Data Recorder, confirmera les forces encaissées par le pilote et la vitesse du choc. L’ensemble des données sera ensuite ajouté à la base de données des accidents de la FIA, qui permet de mettre en relation divers accidents, similaires par les forces subies ou le type de chocs.

Le groupe d’étude des accidents sérieux (SASG) de la FIA, dirigé par Jean Todt, analysera également l’aspect technique et médical du crash, et le groupe de recherche sera chargé de trouver les possibles améliorations à apporter pour éviter de vivre une situation similaire.

Enfin, la Commission de sécurité de la FIA, dirigée par Patrick Head, compilera les données et éditera un rapport complet qui sera finalement présenté au Conseil Mondial de la FIA.

Il faudra approximativement 6 à 8 semaines pour avoir les résultats complets de l’accident, qui devraient certainement être très détaillés, compte tenu de l’issue heureuse de l’accident. Romain Grosjean sera certainement impliqué dans les témoignages et études du crash, puisqu’il a déjà exprimé sa volonté de se rapprocher de la F1 et de la FIA pour faire progresser la sécurité.

Le directeur de la sécurité de la FIA, Adam Baker, a expliqué que la quantité de données permet de faire une étude précise du cas : "Comme avec tous les accidents sérieux, nous analyserons chaque aspect de l’accident et collaborerons avec toutes les parties impliquées."

"Avec autant de données disponibles en Formule 1, cela nous permet de déterminer chaque élément de ce qui s’est passé, et ce travail a déjà commencé. Nous prenons ces recherches très au sérieux et nous suivrons un processus rigoureux afin de comprendre exactement ce qui s’est passé, avant de proposer de possibles améliorations."

FIA

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less