La FIA admet en avoir trop fait avec le drapeau noir et orange en F1

La fin de saison a été plus permissive

Recherche

Par Emmanuel Touzot

1er décembre 2022 - 08:45
La FIA admet en avoir trop fait (...)

La direction de course de la F1 a été stricte cette année en matière d’avertissements lorsque les monoplaces étaient abîmées. On a notamment vu le drapeau noir et orange sorti à plusieurs reprises pour Kevin Magnussen, car la dérive verticale de son aileron avant était cassée.

Nikolas Tombazis, le responsable du développement des monoplaces, explique qu’en fin de saison, la décision a été prise d’être moins strict à ce sujet, afin de laisser les pilotes rouler plus librement, même en cas de légers dégâts.

"Nous avons révisé les critères sur le drapeau noir et orange à partir du Mexique, et nous avons déjà vu une ou deux voitures après cela qui n’ont pas reçu le drapeau noir et orange" a déclaré Tombazis.

"Notre évaluation, après l’avoir analysée, est que nous avons réagi de manière un peu excessive. Nous avons eu une situation à Bakou où objectivement une voiture a été autorisée à rouler avec des dommages qu’elle ne devrait pas avoir."

"Il s’agissait de l’une des AlphaTauri, dont l’aileron arrière était endommagé et qui était recouverte de ruban adhésif, et c’était ridicule. Clairement, nous nous sommes trompés. Et je pense que cela a créé une réaction un peu excessive."

"Nous avons commencé à considérer les voitures comme dangereuses même si elles étaient un peu à la limite, disons. Nous sommes donc allés un peu trop loin dans une direction et nous avons pris des mesures correctives après les États-Unis."

La FIA utilisera ce drapeau en cas de danger

L’ingénieur révèle que la direction de course fera rentrer les voitures en cas de dégâts importants et structurels. Mais il se rassure en se disant que dans ce cas, les équipes sont raisonnables et font rentrer les pilotes.

"C’est assez difficile parce que nous continuerons à apposer un drapeau noir et orange sur une voiture qui présente des dommages structurels graves, c’est-à-dire que vous ne pouvez vraiment pas continuer à courir. Comme Hamilton à Singapour, par exemple."

"Il est clair que nous ne laisserons jamais la voiture rouler. Dans 99 % des cas, les équipes ramènent la voiture elles-mêmes, ce qui élimine tout besoin d’intervention de notre part, car les équipes sont en général assez responsables."

"Mais nous ne montrerons plus un drapeau noir et orange pour une dérive bancale, par exemple. Si les dommages causés à l’aileron avant par le contact sont tels que nous voyons que les différents éléments de l’aileron vacillent les uns par rapport aux autres, alors nous considérons que c’est dangereux."

"Mais dans l’ensemble, ce qui se casse à l’extérieur laisse le reste de l’aileron en interaction. Donc, par exemple, Verstappen au Brésil, son aileron a été vérifié après la course et il était très intacte structurellement. Il ne présentait aucun risque de se casser."

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos