La FIA a dû éponger une dette de 20 millions d’euros en 2022

Ben Sulayem assure que le problème est réglé

Recherche

Par Emmanuel Touzot

7 décembre 2022 - 14:26
La FIA a dû éponger une dette de 20 (...)

La FIA a découvert cette année qu’elle avait une dette de 20 millions de dollars, ce qui équivaut à une vingtaine de millions d’euros. C’est le président de la fédération, Mohammed Ben Sulayem, qui a révélé cela, mais assure que c’est réglé. Il note que le fait d’avoir nommé un PDG aidera à éviter ce genre de problèmes.

"Il y avait un problème financier dont nous n’étions pas au courant. Nous avions un déficit, même avant la pandémie, mais je suis heureux de l’avoir réglé" explique Sulayem, qui précise les raisons à cela. "Nous n’avons jamais eu de PDG pendant 118 ans. Et si nous voulons relever les défis qui se présentent, je ne peux pas faire de microgestion."

"Quand vous vous adressez au PDG, vous parlez de politiques, vous parlez de la gestion de la structure, vous parlez de la gestion quotidienne de la FIA, et vous parlez des finances. Nous savons tous, et je vais être très honnête avec vous, que nous avons eu un problème avec les finances."

"Nous avons eu un déficit cette année, qui était de plus de 20 millions de dollars. Je suis très heureux de savoir que même avec cela, nous n’avons jamais arrêté le soutien des subventions ou l’efficacité de la FIA envers une ASN ou un club. Et nous continuons à faire des économies."

Un véritable "processus d’évolution"

Mohammed Ben Sulayem a beaucoup appris durant sa première année à la tête de la fédération. Mais il a surtout hâte de mieux se plonger dans son rôle et de continuer à apprendre pour progresser et faire progresser la FIA.

"Cela a été une année d’apprentissage et une année d’étude de ce qui se passe, pas seulement en Formule 1, mais dans la FIA en général."

"Comme vous le savez, nous avons un sport très unique. Quand je parle à nos collègues du football, je leur dis que ce qu’ils ont est un peu plus facile. Vous avez deux côtés au football, vous avez une taille de but, et vous avez un ballon."

"Mais ici, nous n’avons qu’une seule petite discipline qui a beaucoup de configurations, qui évolue toujours et qui change toujours en fonction de beaucoup de facteurs. Je veux dire, même si vous regardez les facteurs économiques, le facteur social, tout change. Le défi est donc là."

"Je ne pense pas que nous puissions nous attaquer à un seul règlement, le laisser de côté et dire que c’est tout, que nous l’avons réglé. Nous sommes toujours ouverts aux suggestions, nous apprenons toujours des pilotes, nous apprenons des équipes, nous apprenons de nous-mêmes."

"Donc le processus d’évolution est toujours là. Ça n’a pas été facile. Nous avons eu quelques problèmes, mais il n’y a pas de jeu de reproches. Je pense qu’avec les bonnes personnes, nous sommes en train d’améliorer le sport."

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos