La F2 veut rapprocher ses monoplaces du comportement des F1

Notamment pour la mise en place de la discipline féminine

Recherche

Par Emmanuel Touzot

1er décembre 2022 - 14:54
La F2 veut rapprocher ses monoplaces du

Avec la mise en place de la F1 Academy, la discipline 100 % féminine de la FIA, la F2 et la F3 pourraient revoir leurs monoplaces. Bruno Michel, directeur des deux catégories, explique en effet qu’une possibilité de rendre les F2 plus proches des F1 serait en cours d’étude.

Cela passerait par l’ajout de la direction assistée, car les F2 sont aujourd’hui plus physiques au niveau du volant. Mais la FIA devra tout de même garder les coûts dans une certaine mesure.

"Nous verrons ce que nous devons faire en ce qui concerne les conclusions que nous tirerons de cette nouvelle voiture" explique Michel. "Nous savons que nous devons nous assurer que ce ne sera pas un problème pour les femmes pilotes, c’est certain. C’est l’idée même de ce que nous faisons."

"Mais d’un autre côté, nous ne voulons pas complexifier la voiture si nous n’avons pas besoin de le faire. Donc c’est toujours quelque chose, c’est délicat. Mais nous prendrons la bonne décision et, comme je l’ai dit, nous prendrons la décision avec la FIA."

"Nous avions l’habitude de développer une voiture tous les trois ans, et pour des raisons économiques, nous avons développé celle-ci, par exemple, pendant six ans. C’est donc une voiture assez ancienne."

"Préparer les pilotes" de F2 à la F1

La future monoplace de F2 s’inspirera de la F1 dans son aéro, pour rendre les courses encore plus spectaculaires. Les normes de sécurité évoluent évidemment, et cela pourra permettre d’inclure d’autres changements.

"C’est quelque chose qui, bien sûr, va être différent dans la nouvelle voiture, parce que les dispositifs de sécurité que la FIA demandait il y a six ans ne sont pas les mêmes que ceux que nous avons maintenant. Donc ce serait un changement très fort."

"Vous voulez une voiture qui prépare les pilotes à la F1. Donc s’il y a de nouvelles choses que la F1 met en place sur sa voiture et qui apportent un changement, il faut bien sûr essayer de voir si nous pouvons les adapter sur les voitures de F2 également."

"Et vous voulez une voiture qui offre de belles courses, parce que c’est aussi l’ADN de nos catégories. Et je dois dire que sur ce point, nous nous sommes plutôt bien débrouillés, mais nous pouvons toujours nous améliorer."

"Nous avons travaillé pour la voiture de 2024 avec les aérodynamiciens de la FIA, qui ont travaillé sur la voiture de F1, pour voir si nous pouvons nous inspirer de leurs conclusions. En particulier, la quantité d’appui que vous perdez lorsque vous suivez une autre voiture. C’est sur ce genre de choses que nous avons beaucoup travaillé."

Garder "le même niveau de dépenses"

Néanmoins, Bruno Michel rappelle qu’il est indispensable que ces voitures soient faciles à opérer pour les équipes, car la F2 limite aussi le nombre d’employés qui travaillent dessus. Globalement, la technologie doit être à la mesure technique et financière du championnat.

"Nous devons être sûrs que nous rendons les choses simples. Nous devons être sûrs que lorsqu’ils ont un problème, ils peuvent changer une petite partie de la voiture et pas une grosse."

"Nous devons être sûrs que la voiture peut être utilisable par un nombre limité de personnes, parce que nous n’avons que 12 opérateurs en F2, donc nous devons être sûrs que la voiture est utilisable par 12 opérateurs."

"C’est pourquoi, lorsque vous parlez de la direction assistée, lorsque vous parlez d’autres choses, nous devons nous assurer que nous pouvons continuer à le faire au même niveau de dépenses que nous avons maintenant, parce qu’à la fin, qui va payer pour cela, ce sont les pilotes. Et c’est une chose à laquelle nous devons faire très attention."

FIA

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos