La F1 veut résoudre la question des budgets plafonnés d’ici au GP du Canada

Une grande réunion avec des propositions concrètes attendues

Recherche

Par Olivier Ferret

8 juin 2022 - 11:14
La F1 veut résoudre la question des (...)

La Formule 1 veut mettre fin aux désaccords au sujet de l’augmentation du plafond budgétaire d’ici au Grand Prix du Canada de ce mois-ci, qui suivra le prochain Grand Prix en Azerbaïdjan.

Ces dernières semaines, de grandes équipes comme Mercedes F1, Ferrari et Red Bull font pression pour une augmentation d’urgence du plafond de 140 millions de dollars par équipe, afin de suivre l’inflation mondiale et l’explosion d’autres coûts comme les matériaux et les transports. Certains équipes comme McLaren F1 ont même basculé dans ce camp.

Mattia Binotto, le directeur de Ferrari, a même admis que l’ancienne limite de 175 millions de dollars, qui était prévue initialement (avant le Covid-19) serait "une bonne nouvelle limite".

"Nous n’aurions aucun problème avec cela," a-t-il ajouté. Bien entendu, il est peu probable que la F1 remonte d’autant les budgets plafonnés. 10 à 15 millions, au maximum, sont déjà évoqués.

Dans l’autre camp se trouvent les petites équipes, représentées par des personnalités comme Frédéric Vasseur d’Alfa Romeo qui affirme : "Mon budget est le budget que j’ai, qui est de 10 millions de dollars en dessous de la limite. S’il y a maintenant de l’inflation, je ne peux pas dire ’j’en veux plus’. Je ne peux que dépenser l’argent que j’ai."

Ironiquement, cependant, c’est Williams qui a en fait enfreint les règles de plafond budgétaire, car il apparaît que l’équipe n’a pas respecté le délai de déclaration de ses comptes 2021 à la FIA. En conséquence, l’équipe doit payer une amende de 25 000 $.

Christian Horner avait déjà souligné à Monaco que la clémence en termes d’amendes, comme celle-ci pour des infractions mineures, pourrait en fait être utilisée à des fins sportives par les grandes équipes.

En effet, toutes les équipes bénéficient d’une marge de 5%, dans laquelle des sanctions financières relativement faibles pourraient en fait justifier une infraction délibérée.

"Si l’un dépasse de 4,9% et l’autre de seulement 4,7%, cela peut faire la différence entre une évolution qui décide du championnat du monde. Est-ce ce que nous voulons ?" s’était-il demandé.

Aujourd’hui, Horner révèle qu’une grande réunion doit avoir lieu à Montréal, "avec des propositions concrètes demandées de la part de toutes les équipes. Il faut trouver un terrain d’entente et voir comment l’argent supplémentaire n’aille pas sur des évolutions. Nous sommes tous d’accord là-dessus."

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos