Formule 1

La F1 va voter pour réduire les budgets et le développement aérodynamique

Et réduire progressivement les budgets plafonnés à 135 millions

Recherche

Par A. Combralier

5 mai 2020 - 19:28
La F1 va voter pour réduire les (...)

Hier, Ross Brawn, le manager des sports mécaniques pour Liberty Media, annonçait qu’un accord était proche pour descendre le niveau des budgets plafonnés à 145 millions de dollars, au lieu de 175. La proposition a été transmise aux équipes qui devraient bientôt y répondre – ce serait l’affaire de quelques jours, avant qu’un vote n’intervienne.

Conformément aux mesures d’urgence prises par le Conseil Mondial du Sport automobile, seule la majorité des voix des équipes serait nécessaire, même si ce changement est effectué à la dernière minute. En temps normal, il aurait fallu l’unanimité.

La proposition de la F1 est même plus ambitieuse à moyen terme. Elle prévoirait d’abaisser le budget plafond à 140 millions de dollars en 2022, et à 135 pour la période courant de 2023 à 2025. En considérant l’inflation, la baisse en termes réels serait même plus importante.

Pour chaque course retirée du calendrier, le budget plafond devrait baisser de 1 million de dollars – le mouvement serait inverse si une course était ajoutée. Ainsi, avec un calendrier de 22 courses l’an prochain, le budget sera de 146 millions de dollars.

Quant au plafonnement du coût des développements moteurs – un chantier poussé par Mercedes, qui veut limiter ses dépenses – aucune décision ne sera prise. Ce sujet sera discuté prochainement…

Au-delà de ces mesures financières déjà révolutionnaires pour le sport, la FIA et Ross Brawn sont même allés plus loin pour assurer plus d’équité dans le sport.

Tout d’abord - les équipes voteront également sur ces points -, la quantité de temps passé à effectuer des recherches aérodynamiques (temps passé en soufflerie, mais aussi temps passé à calculer et évaluer des données) serait modulée selon les équipes : une écurie mal classée aurait ainsi plus de temps disponible. Les trois équipes les mieux classées d’une année donnée se verraient octroyer 70 % du temps standard, soit 10 % de moins que le 4e du classement. De place en place, le quota de temps disponible augmenterait de 5 %. Les 9e et 10e du classement des constructeurs recevraient ainsi 105 % et 110 % de quota-temps.

Cela signifie donc, pour cette année, que Williams (dernière du classement) aurait eu 40 % de temps de développement en plus par rapport à Mercedes.

En compensation aux plus grandes équipes (et pour amadouer Red Bull et Ferrari), qui sous-traitent souvent des pièces aux équipes clientes (Ferrari envers Haas, Red Bull envers AlphaTauri…), les équipes « A » recevraient du temps de développement supplémentaire. Cette compensation dépendrait de la quantité de pièces fournies par une équipe A (suspension, boîte de vitesses…). Le coût d’achat de ces pièces serait déduit du budget-plafond.

La FIA a confirmé par ailleurs que le nouveau règlement technique, reporté d’un an, entrera bien en vigueur en 2022.

Le vote pourrait également donner blanc-seing, à la Fédération, de remodeler à sa guise le format des week-ends, afin de les tenir sur deux jours – ce qui sera utile dans le cas d’une saison compensée.

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less