Formule 1

La F1 ne veut pas ‘précipiter’ le retour du public sur les GP

Pas question de prendre des risques…

Recherche

Par A. Combralier

17 juin 2020 - 09:41
La F1 ne veut pas ‘précipiter’ le (...)

Alors que les Grands Prix de Singapour ou du Japon ont été annulés, la F1 devrait continuer à privilégier, pour la deuxième moitié de saison, les Grands Prix en Europe, comme à Hockenheim, Imola, Mugello ou Portimao.

La situation sanitaire s’améliorant, sera-t-il néanmoins possible de voir du public sur ces circuits ? Rien n’est encore sûr… Car selon Ross Brawn, le manager des sports mécaniques pour Liberty Media, la F1 ne va « rien précipiter » pour ne prendre aucun risque, en cas de deuxième vague à l’automne…

« Certaines des courses européennes prévues plus tard dans calendrier, sont optimistes, mais nous préférons ne pas planifier cela (le retour du public). »

« Je pense que c’est lorsque nous partirons faire des courses hors d’Europe, que nous pourrons commencer espérer avoir des fans, mais même cela n’est pas absolument garanti. »

« Il est essentiel que la course se déroule dans un environnement sûr et sécurisé. Nous faisons le tour du monde, nous ne pouvons pas avoir un problème dans un pays qui nous empêche d’aller dans d’autres pays, alors nous progresserons lentement sur ce front. »

Plusieurs pilotes poussent déjà pour le retour du public : ainsi, Lewis Hamilton, chez Mercedes, a affirmé que sans public, l’ambiance, sur les circuits, serait pire qu’en essais privés.

Ross Brawn n’est pas loin d’être d’accord avec le champion du monde, même s’il relativise la situation.

« Pour nous, les fans sont essentiels, ils créent beaucoup d’ambiance, mais probablement pas de manière aussi forte et bruyante que dans le football. »

« Vous allez dans un stade de football et c’est très intense. Certaines courses peuvent être comme ça, d’autres moins, donc ce n’est peut-être pas si important pour nous d’avoir des fans, mais nous voulons les voir parce qu’ils ajoutent beaucoup d’ambiance. »

« Nous aborderons cela très progressivement et nous ne voulons certainement pas... nous ne voulons pas nous lancer et devoir nous rétracter à nouveau quand nous aurons trouvé le problème. »

« Le fait que nous étions prêts à accepter des courses à huis clos en début de saison nous a donné plus d’opportunités. Ce n’est pas l’idéal, ce n’est l’idéal pour aucun sport car les fans en sont une partie si cruciale, mais nous avons estimé qu’il était toujours beaucoup plus souhaitable d’aller courir, de diffuser les courses et d’engager les fans dans les courses de toutes les manières possibles que de ne rien faire. »

Désormais, la question se pose : la F1 va-t-elle vraiment pouvoir conclure sa saison au Moyen-Orient, avec un Grand Prix à Abu Dhabi voire deux à Bahreïn ?

« Nous allons ajuster cela à mesure que nous progressons et que nous comprenons où nous en sommes avec cette pandémie, donc notre première moitié de la saison est européenne. »

« Nous sommes encore assez fluides sur la deuxième partie. Je pense que nous sommes confiants de pouvoir finir à Bahreïn et à Abu Dhabi, mais nous remplissons l’espace entre les deux. »

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less