La F1 de 2022, un bon cru ? L’analyse des données en cours le montre

Selon Ross Brawn, la satisfaction est légitime mais...

Recherche

Par Olivier Ferret

24 mars 2022 - 14:06
La F1 de 2022, un bon cru ? L'analys

Le directeur général de la F1, Ross Brawn, avait déjà fait part de sa satisfaction après le Grand Prix de Bahreïn, le premier de l’ère 2022-2025, un bon début pour les nouvelles F1 même s’il attend plusieurs courses avant de pouvoir juger davantage l’effet des règles.

Avec quelques données en plus depuis dimanche, le Britannique reste confiant que la F1 s’est bien lancée sur la bonne voie pour son avenir, avec toutefois des choses à améliorer. Du côté des pneus par contre, son bilan est déjà très bon.

"On peut confirmer que ça a été un bon début, mais c’est toujours un seul exemple, sur une seule course. Nous devons voir comment les équipes vont développer ces voitures, dans quelle direction elles vont."

"Mais j’espère que nous avons pu prouver que la philosophie était la bonne. Nous avons montré qu’il y a vraiment une opportunité de faire de bien meilleures voitures de course, et je pense que ce n’est que le début."

"Alors que nous commençons à examiner beaucoup plus en détail les données de ces voitures, leur comportement, nous allons aussi lancer, planifier les prochaines phases d’amélioration de ces règles."

"Et ce qui m’a plu, c’est encore anecdotique, c’est que nous avons récolté beaucoup de données et des preuves que ces F1 peuvent se suivre et courir côte à côte, ce qui a toujours été une faiblesse de l’ancienne voiture."

Brawn avait aussi félicité Pirelli pour son travail sur les 18 pouces, qui ont joué un rôle crucial dans l’amélioration du spectacle.

"Et ce que vous n’avez pas vu, à mon avis, c’est la nécessité pour les pilotes de se retenir qui a disparu."

"Les années précédentes, vous pouviez attaquer, mais en un tour ou deux, vous deviez reculer, laisser les pneus récupérer, puis attaquer à nouveau. Et je ne pense pas que tout était dû aux pneus, je pense que c’était dû aux caractéristiques de la voiture. Donc, c’est un pas en avant avec les pneus et un pas en avant avec les voitures."

"Vous pouviez avoir une attaque sur plusieurs tours comme entre Charles Leclerc et Max Verstappen, sans surchauffe des pneus. C’était vraiment encourageant."

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos