L’explication mi-rassurante mi-inquiétante d’Alpine F1 sur la fiabilité

Le marsouinage est en cause, pas le moteur lui-même

Recherche

Par Alexandre C.

23 avril 2022 - 16:12
L'explication mi-rassurante (...)

A part la livrée BWT, tout n’était pas rose pour Alpine en ce début de saison. Si la performance était plus qu’acceptable, la fiabilité notamment de l’unité de puissance a inquiété : abandon pour Fernando Alonso en Arabie saoudite (défaillance de pompe hydraulique), problème de joint en qualifications à Melbourne pour l’Espagnol aussi, alerte moteur une fois encore pour Esteban Ocon en ce week-end d’Imola.

On connaît la stratégie d’Alpine : en raison du gel moteur pour 4 ans, l’équipe a assumé privilégier la performance sur la fiabilité. Il serait donc logique de voir une unité de puissance moins fiable cette année (des évolutions sur la fiabilité peuvent encore être apportées malgré le gel, d’où le pari de Viry).

Mais Alpine a livré un point de vue plus rassurant dans le paddock d’Imola : si le V6 tricolore manque de fiabilité, ce n’est pas en raison d’un problème fondamental sur l’unité de puissance ; mais en raison des pièces qui l’entourent. Des composants directement affectés par le marsouinage, qui perturbe donc la fiabilité, mais indirectement, de l’unité de puissance.

Bruno Famin, directeur exécutif de la division moteurs de Renault, l’a expliqué.

« Notre moteur thermique (ICE) en lui-même est très bon. Nous n’avons pas de problème particulier avec, mais les impacts génèrent de nouveaux niveaux de contraintes que nous résolvons. »

« Les voitures sont très rigides, très basses, et elles ont un impact assez important sur la voiture. Les problèmes que nous avons rencontrés ne provenaient pas de l’ICE lui-même. Ils provenaient des composants autour de l’ICE, ce qui a hélas parfois un impact sur l’ICE. »

« La nouvelle génération de voiture, avec le nouveau châssis et la nouvelle aérodynamique, génère un niveau différent de contraintes sur la voiture » a-t-il ainsi détaillé.

A l’image des autres motoristes, Renault multiplie ainsi les demandes à la FIA pour corriger les imperfections de son moteur. En assurant que toute modification ne contrevienne pas au gel, puisqu’il s’agirait de seule fiabilité.

« Tous les motoristes envoient des demandes de fiabilité à la FIA, et c’est public entre eux. Nous voyons que nous ne sommes pas les seuls à avoir des petits problèmes de fiabilité. »

« Le problème que nous avons eu en Arabie saoudite avec le moteur de Fernando, nous avons déjà demandé une modification à la FIA. Cela a été accepté. La modification est déjà dans le moteur pour ce week-end. »

Quoi qu’il en soit, Famin assume à 100 % le choix opéré par Renault, celui de miser sur la performance plutôt que sur la fiabilité pour cette saison au moins.

« Car lorsque vous parlez d’une période de gel de quatre ans, vous n’avez pas d’autre choix que d’opter pour le meilleur moteur possible, sachant que la FIA n’acceptera aucune modification, aucune amélioration, en termes de performance. Mais ils accepteront certaines modifications pour des questions de fiabilité. »

Quid du problème rencontré par Ocon à Imola ?

Quant à l’alerte rencontrée par Esteban Ocon, qui l’a perturbé aussi en qualifications à Imola, Famin ne s’avance pas encore... le moteur était-il encore en cause ?

« Nous sommes toujours en train de l’étudier. Le problème que nous avons avec le moteur d’Esteban est que nous aimerions le remettre sur le banc d’essais pour voir s’il peut continuer. Mais malheureusement, ce n’est pas possible avec le règlement de la FIA. »

« Nous ne pouvons pas mettre le moteur dessus sans briser le scellé. Et notre problème est que nous ne pouvons pas comprendre pleinement le problème sans briser le scellé. C’est pourquoi nous faisons tout notre possible pour ne pas ouvrir le moteur sans toucher le scellé de la FIA afin d’essayer de comprendre le problème. »

Alpine F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos