Formule 1

L’écart entre Gasly et Tsunoda expliqué par les styles de pilotage ?

Les deux hommes parlent de leurs différentes approches

Recherche

Par Alexandre C.

18 octobre 2021 - 17:47
L’écart entre Gasly et Tsunoda expliqué

On s’attendait à ce que Yuki Tsunoda souffre face à Pierre Gasly cette année en F1, mais s’attendait-on à pareil écart entre les deux pilotes AlphaTauri ? En qualifications, Pierre Gasly a un avantage de 0,57 % en performance pure (en conditions sèches) sur Yuki Tsunoda. En 2019 chez Red Bull, Max Verstappen avait une plus grande avance (0,46 %) sur Gasly.

Ce qui nous amène à se demander : Yuki Tsunoda souffre-t-il plus chez AlphaTauri en 2021 que Pierre Gasly en 2019 chez Red Bull ? Pierre Gasly est-il le « Max Verstappen » de Yuki Tsunoda ?

Où se situe alors la différence ? Il semble que Pierre Gasly soit plus apte à faire tourner l’arrière de la voiture, à être plus offensif sur les freins en entrée de virage. Yuki Tsunoda, surtout en raison de son manque de confiance, est à la recherche lui d’un arrière plus stable, ce qui pourrait se résoudre par un peu plus de sous-virage.

Une thèse que confirmait ainsi Pierre Gasly après Istanbul…

« J’aime quand la voiture tourne et est bien en rotation, et peut-être Yuki un peu moins ; je n’aime pas le sous-virage et j’essaie toujours de régler la voiture avec un avant fort. »

Au contraire, interrogé par The Race, Yuki Tsunoda décrit ainsi plus précisément ses problèmes de pilotage et sa grande différence par rapport à son coéquipier.

« Il freine tôt mais il a plus de vitesse d’entrée dans le virage. »

« Il a juste une bonne confiance avec l’arrière et il tourne d’un seul coup et n’a pas besoin d’attendre de sentir le mouvement de la voiture pour la faire tourner. »

« Je n’avais pas cette confiance et je devais tourner lentement, progressivement pour sentir la voiture en premier. Cela signifie une différence de temps au tour. Le style de conduite n’est pas le même, c’est certain. »

Construire la confiance dans la voiture serait ainsi « la clef » pour Yuki Tsunoda, confiance qu’il perd à chaque crash.

La différence entre stabilité ou non de la voiture à l’arrière se ferait principalement au niveau des réglages des F1. L’exemple de la Turquie l’a montré : même s’il est aussi qualifié en Q3, Yuki Tsunoda s’est plaint juste après que « le rythme était totalement différent » et qu’il avait « senti tout de suite que le ressenti était différent » par rapport aux essais libres. Alors que Pierre Gasly, dans le même temps, soulignait qu’après avoir « fait beaucoup de changements, la voiture était bien plus en vie. »

AlphaTauri

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less