L’asphalte de Miami a rappelé à Ricciardo sa ferme en Australie

Le pilote McLaren F1 déplore une surface "meuble"

Recherche

Par Emmanuel Touzot

10 mai 2022 - 13:56
L'asphalte de Miami a rappelé à (...)

L’asphalte du Miami International Autodrome n’a pas plu aux pilotes. Très critiques durant le week-end sur la difficulté à rouler hors trajectoire, ils ont notamment pointé du doigt les graviers sur la surface du circuit floridien.

Daniel Ricciardo a confirmé que l’asphalte de Miami n’était pas aux standards de ce qu’offre les pistes de F1 habituellement. S’il reconnaît être exigeant, puisque la F1 offre les meilleurs circuits, il fait une comparaison amusante entre le Miami International Autodrome et le gravier australien.

"J’ai envie de dire non, mais, évidemment, cela pourrait être simplement parce que nous sommes trop gâtés" a déclaré Ricciardo. "Mais disons que par rapport à ce qu’on a l’habitude de voir, c’était un peu plus spécifique à l’Outback."

"Cela me rappelle une partie de la surface que j’ai dans ma ferme en Australie, ce gravier australien meuble. Dans une voiture tout-terrain, c’est amusant, mais ces Pirelli ne sont pas aussi bien adaptés à ce tarmac meuble."

"Ce serait bien que ce soit un peu différent et que nous puissions utiliser une plus grande partie de la piste. Quand vous suivez quelqu’un, vous voulez rouler un peu large puis couper. Quand on essaie de croiser la trajectoire, on sort de la piste."

"J’ai vu des gens essayer de faire un dépassement et avoir un accident, comme avec [Sebastian] Vettel, car il n’y avait pas de grip à l’intérieur. Cela a rendu difficile le fait de faire une course propre."

Une déshydratation liée à la volonté de gagner du poids

Comme Max Verstappen, Daniel Ricciardo a dû se passer d’une grande partie des fluides qu’il aurait normalement eus pour faire la course. Le poids de la boisson est en effet vu comme un point pénalisant et les pilotes ont sacrifié leur confort pour gagner du poids sous la chaleur de Miami.

"Il y a ce facteur de chaleur. C’est dur aussi, parce que tout le monde se bat pour le poids et pour trouver les derniers kilos, donc on n’a pas le luxe de mettre trois litres dans le système de boisson."

"Nous en avons un peu, mais ce n’est jamais assez de liquide, donc naturellement, on se déshydrate, et c’est assez réel. J’aurais aimé que nous vivions un meilleur week-end, mais c’était un très bon Grand Prix."

McLaren

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos