L’architecte du circuit de Miami est ’embarrassé’ par les critiques

L’asphalte a été au centre des débats pour la F1

Recherche

Par Emmanuel Touzot

15 mai 2022 - 17:25
L'architecte du circuit de (...)

Clive Bowen, le designer du Miami International Autodrome, regrette les nombreuses critiques de la part des pilotes durant la venue de la F1 en Floride la semaine dernière. Il est déçu que son travail soit remis en cause, et se défend en rappelant que d’autres circuits ont connu ça pour leur première édition.

"En fait, c’était embarrassant à titre personnel, parce qu’il faut beaucoup de temps pour bien faire les choses. Il y a une fierté professionnelle en jeu" regrette Bowen. "De nombreuses recherches ont été entreprises."

"Nous n’avons pas fait de hors-piste, c’était la pensée conventionnelle, c’était l’ingénierie conventionnelle. Et vous devez vous rappeler que ce genre de choses arrive souvent lors des premières courses sur d’autres circuits."

"C’était la même chose au COTA, c’était la même chose à Singapour, c’était la même chose à Istanbul quand il a été resurfacé. Et donc si vous y pensez avec ce point de vue, il s’agit juste d’attendre que la piste mûrisse. C’est un tout nouveau morceau d’asphalte, et il doit faire son travail."

Bowen regrette que des nettoyages avec les systèmes classiques utilisés sur d’autres circuits n’aient pas été effectués plus tôt : "L’année prochaine, nous commencerons à conditionner la piste plus tôt avec les FOD BOSS, qui est un moyen électrostatique d’enlever les débris d’un circuit."

"Comme il s’agit d’une surface abrasive et rugueuse, comme toutes les pistes de course, si vous la soufflez pour la nettoyer, les petits débris restent dans les vallées. Si vous la balayez, la même chose se produit, vous devez la soulever verticalement.

"Et le samedi matin, nous avons commencé à utiliser les FOD BOSS, et à partir de ce moment-là, la piste a progressé. Le seul regret est que je n’ai pas fait en sorte que les machines FOD BOSS fassent leur travail le jeudi et le vendredi. J’aurais aimé m’assurer qu’elles fonctionnent plus tôt."

Un asphalte en progrès au fil du week-end

Malgré les critiques d’une piste très glissante hors trajectoire, Bowen salue les progrès de l’asphalte au cours du week-end. Selon lui, le fait que le Grand Prix soit le deuxième de la saison à enregistrer le plus de dépassements en est la preuve.

"Je pense que la théorie de la conception a été confirmée dans la réalité de la course. J’en suis heureux. Parce qu’évidemment, le vendredi et le samedi, avec la piste si sale, c’était inquiétant que nous n’arrivions pas là où nous voulions être."

"Mais il est intéressant de constater que pendant la course il y avait de multiples lignes, il y avait des dépassements dans les virages. Beaucoup des critiques ne se portaient pas sur les bonnes choses."

L’architecte salue le fait que les batailles dans le peloton aient offert des dépassements dans les virages : "Il y avait de la confiance dans le fait que nous aurions une course. Nous étions heureux d’avoir fait la course que nous avons faite. Et il y avait, dans mon cas, un véritable plaisir à voir que nous avions atteint ce que nous voulions."

"J’appelle ça le Saint Graal. Nous sommes devenus très habitués en F1 à voir des dépassements dans les lignes droites. Et les courses de légende, celles dont les gens parlent pendant des décennies, sont celles où l’on voit des dépassements dans les virages."

"Au milieu du terrain, j’ai vu pas mal de dépassements dans les virages. Et en fait, je ne m’attendais pas à voir des dépassements dans les virages à très haute vitesse, parce que les voitures ont une adhérence limitée dans ces virages. Mais ils l’ont quand même fait."

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos