Formule 1

L’Afrique bientôt de retour en F1, au Maghreb ou en Afrique du Sud ?

Les pistes avancées par Stefano Domenicali

Recherche

Par Alexandre C.

5 février 2021 - 16:39
L’Afrique bientôt de retour en F1, au (...)

Pour continuer son expansion dans le monde, la F1 devait initialement découvrir le Vietnam, pour un Grand Prix en avril prochain – finalement annulé à cause, bien sûr, de la pandémie, mais aussi de problèmes de corruption au niveau de l’organisateur.

Cette nouvelle destination, dans un pays en pleine croissance, reste cependant à l’esprit de Stefano Domenicali – ce n’est que partie remise, a précisé le successeur de Chase Carey.

« Le Vietnam n’est plus dans le calendrier mais c’est toujours une option ouverte. Cela a été un investissement incroyable et c’est pourquoi il est toujours sur la table des discussions pour un futur événement. »

Mais la F1 vise aussi un autre marché prometteur sur lequel elle est totalement absente : le continent africain. Stefano Domenicali annonce regarder vers l’Afrique du Sud ou le Maghreb...

« C’est essentiellement en Afrique du Nord et en Afrique du Sud, je peux le dire. »

« C’est quelque chose de très important, je pense, en termes d’avoir dans une nouvelle région, ou ancienne, avec un grand héritage en Formule 1. »

Depuis 1993, il n’y a plus eu de Grand Prix en Afrique : le dernier était à Kyalami, dont le circuit a été récemment refait (photo).

Quant aux autres potentiels nouveaux événements, ils devraient être rares : le calendrier compte déjà 23 courses et il est plein. Mais qui sait, des circuits vus l’an dernier (le Nürburgring, Portimao, le Mugello, Istanbul...) pourraient-ils faire leur retour définitivement le cas échéant ?

« Nous avons perdu certaines courses européennes qui montrent maintenant leur intérêt pour être à nouveau prises en considération. Ce qui va se passer à l’avenir, c’est que nous devons décider du bon équilibre en termes de nombre de courses, des domaines dans lesquels nous devons investir stratégiquement pour les équipes - intérêt pour les diffuseurs, intérêt pour les médias et intérêt pour les sponsors - et décider de la bonne voie à suivre, sachant que les 23 courses se situent dans le haut de gamme de ce que nous faisons aujourd’hui. »

« Bien sûr, si nous faisons un bon produit, vous pouvez dire que si la valeur est élevée, vous avoir le même type, le même niveau de business sans avoir trop de courses, et cela pourrait être l’approche. Si vous êtes capable de faire les bons choix, je pense que ce serait la voie à suivre. Ce ne sera peut-être pas le délai le plus court, mais c’est l’objectif que je dirais. »

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less