Formule 1

L’accident de Verstappen, un des plus violents de l’ère hybride de la F1

Retour sur les autres crashs aux forces G élevées

Recherche

Par Emmanuel Touzot

24 juillet 2021 - 12:33
L’accident de Verstappen, un des (...)

Lors de son accident à Silverstone dimanche, Max Verstappen a encaissé un pic de force de 51 G. Une valeur qui pourrait même être supérieure, puisque le chiffre provient de l’accéléromètre présent dans ses écouteurs. La boîte noire pourrait en effet montrer un chiffre supérieur lors de l’enquête que fera la FIA.

Pour remettre en perspective la violence de l’accident du Néerlandais, qui en a été quitte pour un passage à l’hôpital, il faut comprendre qu’il s’agit du deuxième plus gros accident de l’ère hybride de la F1, soit depuis 2014.

Il faut évidemment mettre à part l’accident de Jules Bianchi, qui a encaissé plus de 200 G selon les estimations de la FIA, lors du contact entre sa tête et la dépanneuse. Mais cette valeur, non précisée, est avant tout due à la présence inexcusable de la grue sur la piste.

Un accident peut avoir de graves conséquences quand les 50 G sont dépassés, et un choc à 60 G peut être mortel. C’était le cas pour Anthoine Hubert, qui avait enregistré 81 G et avait évidemment reçu un choc latéral énorme.

D’autres énormes accidents ont heureusement connu une meilleure issue, comme celui de Ralf Schumacher à Indianapolis en 2004, qui avait subi 78 G. Robert Kubica, quant à lui, a subi 75 G lors de son énorme crash de Montréal en 2007.

Le plus gros accident jamais enregistré sur un circuit dans lequel est un pilote ait survécu est celui de Kenny Brack en IndyCar au Texas en 2003. Le Suédois avait enregistré 214 G lors de l’impact de sa voiture dans les grillages.

En F1 ces dernières années, peu ont atteint des forces très violentes, mais on a pu voir des crashs dans lesquels les systèmes de sécurité ont parfaitement fonctionné. Un seul a été pire que celui de Verstappen à Silverstone, et voici la liste des plus gros accidents de ces dernières années.

Romain Grosjean, Bahreïn 2020 - 67 G

Un des pires crashs de l’histoire moderne de la Formule 1. Après une embardée pour éviter les voitures plus lentes devant lui, Grosjean a touché Daniil Kvyat et a été envoyé dans le rail de face.

L’impact de 67 G a éventré le rail et la Haas du Français s’est coupée en deux avant de prendre feu. Dans son malheur, Grosjean a eu de la chance car il a été protégé par le Halo lorsque sa Haas a percuté le rail, puis a pu s’en extraire alors que le feu était en train de l’absorber.

Carlos Sainz, Russie 2015 - 46 G

Avec 5 G de moins que celui de Verstappen, le crash de Carlos Sainz à Sotchi en 2015 a néanmoins provoqué une grande inquiétude lorsque la Toro Rosso de l’Espagnol s’est encastrée dans les Tecpro au fond d’une échappatoire.

Après avoir perdu le contrôle de sa monoplace au freinage et percuté le mur à l’intérieur de la piste, Sainz a filé tout droit dans le dégagement et a percuté de plein fouet les TecPro. Malgré l’absence de Halo, il a réussi à en être extrait indemne, puisque malgré un passage à l’hôpital, il a pris le départ de la course le lendemain.

Fernando Alonso, Australie 2016 - 46 G

Un accident très différent de celui de Sainz et pourtant, Fernando a enregistré exactement la même force d’impact que son compatriote, lorsque sa McLaren a percuté la Haas d’Esteban Gutierrez, puis le mur, avant de s’embarquer dans une impressionnante cabriole.

Alonso a subi les 46 G lors de l’impact initial contre le mur, et il avait reçu des blessures lors du crash. C’est Stoffel Vandoorne qui le remplaça à Bahreïn deux semaines plus tard.

C’était le deuxième gros accident pour Alonso en un peu plus d’un an, après un choc mystérieux qu’il avait subi en essais hivernaux et qui l’avait empêché de participer au Grand Prix d’Australie.

Sergio Pérez, Canada 2014 - 32 G

En fin de course à Montréal en 2014, la lutte entre Sergio Pérez et Felipe Massa a tourné à l’aigre, et les deux hommes ont subi tous les deux un gros accident. Pérez est allé percuter le mur et a subi 32 G lors d’un choc qui l’a vu s’arrêter brutalement.

Le Mexicain a pu s’extraire par ses propres moyens sans problème, les systèmes de sécurité de sa Force India ayant parfaitement joué leur rôle.

Max Verstappen, Monaco 2015 - 30 G

Avant son accident de Silverstone, Max Verstappen avait subi un seul gros accident en Formule 1, à Monaco en 2015. Après un accrochage avec Romain Grosjean, sa monoplace avait filé droit dans les barrières de Sainte Devote.

Malgré un arrêt brutal avec très peu de décélération, et tout de même 30 G encaissés, Verstappen était sorti sans mal de sa monoplace. Le choc, frontal, avait limité les contraintes physiques sur le pilote.

Valtteri Bottas, Imola 2021 - 30 G

L’accident de Valtteri Bottas et George Russell a fait couler beaucoup d’encre à Imola en début de saison, les deux hommes s’étant accrochés alors que le pilote Williams F1 tentait une attaque par l’extérieur sur son rival.

Outre l’aspect polémique de l’accident, on oublie souvent que Bottas a subi un énorme choc lorsque sa Mercedes en perdition s’est échouée dans les barrières extérieures du virage de Tamburello.

Marcus Ericsson, Italie 2018 - 28 G

Une simple panne de DRS pour Marcus Ericsson s’est transformée en une impressionnante embardée, qui s’est conclue par une série de tonneaux après un choc initial de 28 G contre les rails.

Là encore, toute la sécurité active de la monoplace a parfaitement joué son rôle, permettant au Suédois de sortir indemne de l’Alfa Romeo détruite, et de pouvoir reprendre la compétition dès le lendemain.

Felipe Massa, Canada 2014 - 27 G

Il s’agit ici du même accident que celui de Pérez évoqué plus haut. Contrairement au Mexicain, qui s’est encastré directement dans le début de la barrière de pneus, le pilote Williams F1 est allé percuter les pneumatiques plus loin.

Après un premier choc de 27 G, la Williams a rebondi et s’est immobilisée au milieu du dégagement du premier virage du circuit Gilles Villeneuve. Comme Pérez, Massa était parfaitement indemne.

Autres cas

Comme indiqué lors du chapitre sur l’accident d’Alonso à Melbourne, l’Espagnol avait déjà enregistré un énorme choc un an plus tôt à Barcelone, estimé à une trentaine de G.

Romain Grosjean a également subi un gros accident à Sotchi en 2015, enregistrant un choc lui aussi supérieur à 20 G, mais sans précision du chiffre.

Daniil Kvyat à Silverstone l’an dernier, tout comme Lance Stroll au Mugello, ont eux aussi subi d’importants chocs. Mais dans tous ces cas, on peut remercier les progrès de sécurité en F1 qui ont permis de sauver la vie et de préserver l’intégrité physique des pilotes.

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less