Formule 1

Kvyat dénonce le vrai ‘bullshit’ des limites de piste à Imola

Albon veut revoir les graviers

Recherche

Par Alexandre C.

1er novembre 2020 - 07:57
Kvyat dénonce le vrai ‘bullshit’ des (...)

La FIA a été stricte sur les dépassements de limites de la piste (aux virages 9 et 15, Piratella et Variante Alta) en essais libres et en qualifications à Imola. Certains pilotes se sont fait piéger, comme Alexander Albon ; d’autres, comme Kimi Räikkönen, ont vu leur meilleur tour être annulé (le pilote Alfa Romeo serait passé en Q2 autrement).

La FIA a sévi avec l’aide de capteurs électroniques : mais pour Daniil Kvyat, cela rajoute un côté artificiel. Or au dernier virage, il y a justement des graviers pour piéger les pilotes, sans recours à de l’électronique.

Le pilote AlphaTauri se joint ainsi à Carlos Sainz pour ainsi souhaiter le retour des graviers – en des termes plus crus.

« Je pense... oh Jésus, nous n’avons pas besoin de ces lignes blanches, il faut juste un piège avec des graviers de la vieille école et si tu sors de la piste, tu sors de la piste, sans toutes ces conneries de "franchir la ligne blanche", "ne pas franchir la ligne blanche"... »

« Cela me contrarie beaucoup parce que ça tue beaucoup de ce que fait la course. Et ça tue aussi un si bon circuit. C’est ça le problème. Au Mugello, il n’y a jamais eu de problème avec les zones de dégagement, avec les limites de la piste. Il y avait des bacs à graviers, c’est aussi simple que ça. »

« Je pense que la plupart d’entre nous seraient d’accord pour dire que c’était la meilleure solution, mais malheureusement, ce n’est pas le cas sur toutes les pistes. Donc, nous devrons probablement chercher une meilleure solution. »

Alexander Albon, un des premiers visés par ces dépassements de limite de piste, dénonce aussi l’inconstance des commissaires : à Portimao par exemple, la FIA avait assoupli les règles entre les essais libres et les qualifications.

« Honnêtement, je ne sais pas pourquoi nous changeons les virages et les limites de piste. Il suffit de mettre du gravier et tout ira bien. »

« Je suis sûr que les gens diront que les pilotes doivent respecter les limites de piste, mais nous poussons ces voitures, et elles sont si bien faites qu’en gros, il n’y a aucun risque ou aucune punition pour aller trop loin, c’est juste du temps au tour pur. »

« Plus on s’approche de la ligne blanche, plus on peut aller vite. Ce qui est ennuyeux à certains égards n’est pas l’inconstance, mais vous avez des virages différents avec des choses différentes. Je sais qu’une question a été soulevée lors du briefing, par exemple : pourquoi mettons-nous une ligne blanche pour le virage 9 et pourquoi ne pas la garder comme partout ailleurs, dans le reste du circuit ? »

« Des choses comme ça, c’est un peu comme… pourquoi est-ce le cas ? Vraiment, si vous passez ces bordures vertes, c’est lent, c’est vraiment lent. Vous vous faites alors tirer vers l’extérieur du circuit. Je pense que c’est une assez bonne punition. »

Alexander Albon reconnaît tout de même qu’avec des graviers, un circuit ne peut se qualifier pour la Moto GP.

« Je ne pense pas que nous ayons besoin de ligne blanche pour tout cela. »

« Je comprends évidemment que les propriétaires de circuits doivent prendre en considération le MotoGP et les motos, donc je ne suis pas du genre à donner des instructions à qui que ce soit sur la manière de le faire. »

« Mais c’était, je suppose que pour vous aussi, c’est un peu frustrant et désordonné de voir tous ces temps au tour supprimés. »

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less