Formule 1

‘Je ne vais pas me taire’ : Hamilton continuera à s’engager malgré les critiques

Il n’a pas peur de perdre son emploi…

Recherche

Par Alexandre C.

17 octobre 2020 - 17:22
‘Je ne vais pas me taire’ : Hamilton (...)

Cette année plus que jamais, Lewis Hamilton se sera investi non seulement sur la piste, mais aussi en dehors : non pour la mode ou la musique, mais pour la politique, avec le mouvement Black Lives Matter.

Le pilote Mercedes a expliqué l’aboutissement de son engagement : il est né d’une prise de conscience à la fois individuelle et collective, dont les origines se trouvent bien sûr Outre-Atlantique.

« J’ai réalisé que nous vivons à une époque où beaucoup sont réduits au silence. J’ai grandi et durant ce processus, j’ai décidé que j’avais la chance d’avoir la plateforme d’expression que j’ai. Je n’aurais jamais pensé que je serais là où je suis maintenant. »

« En regardant ce qui s’est passé avec George [Floyd], je sais que cela a mis le monde en colère. Les prochains mois vont être très intéressants aux USA… Pour moi, cela a fait remonter beaucoup de douleur que j’avais réprimée depuis que j’étais enfant en Angleterre. Comme d’avoir été harcelé à l’école. Et j’ai réalisé que je voulais utiliser cette plateforme. »

« J’ai dû m’instruire davantage parce que j’étais privé de l’histoire des Noirs, surtout quand j’allais à l’école parce que j’avais appris l’histoire des Blancs en Angleterre, vous savez ? »

« Mais j’ai vraiment de la chance d’avoir des parents blancs, et j’ai des parents noirs, une famille noire. Donc, j’ai l’impression d’avoir le meilleur des deux mondes. »

Pour autant, jusqu’où peut aller cet engagement politique ? Ne vient-il pas un moment où le sportif doit reprendre le dessus ? Lewis Hamilton ne craint-il pas des représailles à terme de la FIA ?

« Je ne vais pas me taire. »

« Cette année, le COVID m’a donné du temps comme je n’en ai jamais eu auparavant. »

« Je déverse beaucoup de mes émotions dans un message. Dans le passé, je l’affichais probablement sans même y penser. Mais aujourd’hui, je suis beaucoup plus conscient des sensibilités. Alors, j’écris généralement ce que je ressens, puis je le fais tester sur une ou deux personnes. »

« Je pense que beaucoup de sports où les propriétaires se soucient des revenus ont été nerveux de s’impliquer dans quoi que ce soit de politique, mais c’est vraiment positif de voir que les gens s’impliquent et soutiennent l’égalité raciale. C’est formidable de voir que la Formule 1 a enfin réussi. »

« Il y a donc beaucoup de choses positives qui se passent. Même si j’ai l’impression que c’est la période la plus folle de ma vie. »

« Je n’ai pas peur de perdre mon travail. Mais j’ai fait un long chemin. »

« Et je me souviens toujours d’où vient ma famille, et de ce que ma famille a fait pour que j’arrive ici. Et donc, je ne prends jamais ma position pour acquise. Mais cette année, j’ai l’impression de me battre pour quelque chose de bien plus grand, avec tant d’autres personnes du mouvement Black Lives Matter. J’ai l’impression d’insister pour que ces tours de qualification me permettent d’être en tête dimanche et d’avoir le droit de montrer le t-shirt de Black Lives Matter et de continuer à sensibiliser les gens et à lutter pour le changement. »

Face aux critiques, Lewis Hamilton veut ainsi rester imperméable...

« Je ne suis pas parfait, et je ne pense pas que quiconque le soit, mais j’essaie d’apprendre et d’avoir un effet positif sur les autres. »

« Toute ma vie a été scrutée à la loupe. Donc, ce n’est pas nouveau pour moi. Les personnes influentes de mon secteur d’activité se diront : "Eh bien, toutes les vies comptent". [Pas seulement les noires]. Et bien sûr, c’est le cas. Mais aujourd’hui, ce que nous voulons, c’est que les vies doivent être égales, et cela n’a pas été le cas dans l’histoire. Alors, comment allons-nous aborder cette question à l’avenir ? »

C’est donc en réponse à cet engagement que Lewis Hamilton s’est impliqué, avec le fort soutien de Mercedes (qui a repeint sa livrée en noire) pour la diversité. Il a lancé une commission portant son propre nom, pour promouvoir la diversité dans le sport.

« Beaucoup de sports ne veulent pas s’engager, et mon sport était l’un d’entre eux. J’ai regardé autour de moi dans [le sport automobile] pendant de nombreuses années et j’ai vu qu’il n’est pas diversifié. Je me suis toujours demandé pourquoi, parmi les milliers de personnes qui sont ici, il y a probablement un maximum de dizaines de personnes de couleur. Mais en termes de pilotes, je suis évidemment le seul [en F1]. Au lieu d’agir négativement, je me suis assis avec ma propre équipe et je me suis demandé : Que pouvons-nous faire pour essayer de découvrir quelles sont les barrières ? »

« Et je me suis dit : "Regardez l’histoire de Mercedes, et regardez le temps que nous avons maintenant. Nous avons la possibilité d’avoir un impact positif". Et donc, je les ai convaincus de retirer l’argent de notre voiture et de la rendre noire, et de s’opposer à la discrimination. »

« Nous avons donc constitué une commission, et pendant que nous faisions cela, tout le reste des événements est arrivé cette année Le timing, je pense, est essentiel. Et donc, nous sommes maintenant dans une période où vous pouvez dire quelque chose, et je pense que les gens n’ont pas à craindre la réaction des autres. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less