‘Je déteste aller à la salle’ : Tsunoda et son manque de condition physique en 2021

Tost était en meilleure forme que lui, plaisante-t-il

Recherche

Par Alexandre C.

7 mars 2022 - 19:20
‘Je déteste aller à la salle' : (...)

Yuki Tsunoda a déjà quelque peu reconnu avoir sous-estimé le défi représenté par la F1, et notamment le défi physique. Sa préparation n’aurait pas été assez poussée ni assez sérieuse entre 2020 et 2021.

Pour le pilote AlphaTauri, qui s’exprimait pour The Race, son directeur d’écurie Franz Tost, à 66 ans, aurait même été « en meilleure forme » que lui (confie-t-il avec le sourire) !

Il faut dire que Tost est connu pour se lever aux aurores, avant de pratiquer son footing matinal…

« Si je compare ma forme physique et ma silhouette de l’année dernière, Franz en avait de bien meilleures ! »

« Je n’étais pas autant en difficulté les années précédentes. »

« Quelque chose [de différent] s’est produit l’année dernière. Peut-être que les autres années, physiquement, j’étais naturellement assez fort. C’est l’une des raisons pour lesquelles je ne me suis pas assez entraîné l’année dernière, et je m’en suis rendu compte trop tard. »

« Lorsque je courais en Formule 2, ces voitures n’avaient pas de direction assistée. Donc je pensais que la Formule 1 serait plus facile parce qu’il y a une direction assistée ! Et peut-être qu’il y a le problème du cou, mais pas autant que je le pensais. »

« Je pensais que la Formule 1 serait un peu similaire à la Formule 2, peut-être un peu plus difficile. Mais oui, je préférerais de loin être dans une Formule 2 [physiquement] ! »

Yuki Tsunoda a donc dû faire contre mauvaise fortune bon cœur, et accepter d’aller à la salle : une activité qu’il a appris à moins détester !

« Le jour où je fais une séance de gym, quand je me réveille, j’ai l’impression d’avoir passé une mauvaise journée Je n’aime toujours pas les séances de gym. Je n’aime pas l’odeur de la salle, je n’aime rien. »

« En même temps, je sais que la salle m’aide beaucoup à améliorer mes performances. Bien sûr, je n’aime vraiment pas ça. Mais ce que j’ai ressenti et vécu l’année dernière me motive au moins un peu à m’entraîner. »

Yuki Tsunoda a mis du temps à réaliser son inadaptation physique, car Bahreïn et Imola, les deux premiers Grands Prix au calendrier, étaient relativement cléments par rapport au reste.

« Mais dès que j’ai abordé des circuits plus exigeants physiquement et des conditions de piste plus chaudes, j’ai eu l’impression de ne pas être à la hauteur. »

Et la comparaison avec son coéquipier Pierre Gasly était rude...

« Je devais travailler plus dur, surtout par rapport à mon coéquipier, qui s’entraînait vraiment dur, et je sais à quel point il est fort et comment sa performance physique a affecté son pilotage aussi. »

« Mais l’entraînement du cou, [c’est difficile]. Ça fait mal. C’est tendu ensuite toute la journée. »

AlphaTauri

Info Formule 1

Photos

Vidéos