Formule 1

‘J’étais le gars bizarre’… Premier pilote de F1 à avoir la Covid, Pérez a été psychologiquement heurté

Il se confie sur son éviction de Racing Point aussi

Recherche

Par Alexandre C.

18 mars 2021 - 09:23
‘J’étais le gars bizarre’… Premier (...)

Après 191 Grands Prix et une récente victoire à Sakhir, Sergio Pérez était pourtant remercié par Racing Point, pour faire place nette à Sebastian Vettel…

Cependant le Mexicain a été choisi in-extremis par Red Bull, pour remplacer Alexander Albon – et surtout pour que Milton Keynes ait, enfin, un deuxième pilote capable de concurrencer Max Verstappen à la régulière.

Sergio Pérez sent que son heure est venue ; de toute manière, sa fin de carrière approche et il a beaucoup de maturité – et rien à perdre face au Néerlandais.

« Cela arrive au meilleur moment de ma carrière » raconte Sergio Pérez au podcast podcast "Beyond the Grid".

Pourtant Sergio Pérez a eu aussi une chance dans une équipe de pointe, chez McLaren en 2013… quoique l’équipe n’était alors plus vraiment un top team.

« Quand je suis arrivé chez McLaren, je pense que c’était probablement le mauvais moment pour l’équipe aussi. C’était une année où tout a régressé. »

« Je ne pense pas que, du point de vue du pilotage, j’ai été mauvais, j’ai battu Jenson en qualifications et ainsi de suite. Donc je pense qu’en général c’était une bonne [prestation pour moi] mais il y avait d’autres facteurs politiques. »

L’année 2020 aurait donc pu se terminer en queue de poisson pour Sergio Pérez : tout avait d’ailleurs mal commencé pour lui, car il avait été le premier pilote à être testé positif au coronavirus, fin juillet dernier. Ce qui l’avait fait manquer deux courses.

Sergio Pérez revient avec émotion sur cette expérience... A l’époque il avait été critiqué pour un voyage familial à Mexico.

« C’était très difficile, ces montagnes russes que j’ai eues l’année dernière. Etre le premier à avoir le Covid… j’étais comme le gars bizarre. »

« Je pense qu’à l’époque la Formule 1 pensait que nous étions imperméables au virus. Donc j’ai reçu beaucoup de critiques et c’était à un moment très critique de ma carrière parce que c’était un moment où j’avais besoin d’être dans la voiture parce que j’étais sur le point de perdre le volant. »

« En fin de compte, j’ai perdu le baquet. C’était très tard dans l’année et il y avait très peu d’opportunités qui se présentaient. »

« A un moment donné, je me suis dit que c’était fini, que c’était ma carrière qui allait finir, parce que je suis ici depuis 10 ans et j’avais le sentiment d’avoir fait mes preuves à chaque fois et je n’étais pas prêt à aller dans une équipe juste pour le plaisir d’y aller. Il restait très peu d’opportunités. Je pensais que cela n’allait pas se reproduire et je voulais simplement passer à autre chose. »

« Puis, au fil de la saison, les choses se sont bien développées et il y avait déjà quelques options pour 2022. Alors j’ai dit, eh bien, si je ne suis pas là en 2021, je ne prendrai pas ma retraite, je vais attendre un an et revenir pour 2022. »

« Ensuite, l’affaire Red Bull est devenue très sérieuse et c’est arrivé. C’est fantastique que ça ait marché. »

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less