Formule 1

Interdire l’utilisation d’un composé en essais libres, une bonne idée pour le spectacle ?

Pirelli lance la réflexion pour l’an prochain

Recherche

Par Alexandre C.

25 septembre 2019 - 14:06
Interdire l’utilisation d’un composé (...)

Comment l’utilisation des pneus Pirelli, en week-end de Grand Prix, pourrait contribuer à rendre les courses plus imprévisibles ? Mario Isola est officiellement chargé de réfléchir à plusieurs propositions, applicables potentiellement dès l’an prochain.

Le responsable de Pirelli pour la F1 tient une idée : empêcher les équipes d’utiliser certaines gommes en essais libres, pour ne pas qu’elles réussissent à cerner de trop près l’efficacité de tel composé sur un circuit. Concrètement, par exemple, une équipe découvrirait la véritable performance des durs ou des médiums en plein Grand Prix.

« Il y a une discussion au sujet de la possibilité d’utiliser seulement des composés précis en essais libres, sans donner l’opportunité aux équipes de collecter trop de données, afin d’ajouter un peu d’imprévisibilité à la course. »

« Mais pour les jeunes pilotes, ce serait un gros désavantage » nuance néanmoins Mario Isola.

2020 constituerait la fenêtre de tir idéale pour l’expérimentation d’une telle idée.

« C’est peut-être possible en 2020 parce que nous aurons une taille et un type de pneus bien connus des équipes. En 2021, nous aurons des pneus 18 pouces, et une voiture totalement nouvelle ; nous serons dans l’inconnu, et pour les jeunes pilotes, ce sera donc très difficile. Ils n’ont plus d’essais privés, ou moins, et par-dessus le marché, ils ne pourraient plus utiliser certains composés en essais libres. »

Les équipes, pour entériner ce changement, devront cependant trouver un accord à l’unanimité, ce qui est loin d’être acquis.

Pour rendre les courses plus spectaculaires et plus animées, il serait aussi possible d’obliger tout pilote à utiliser, durant un Grand Prix, les trois composés amenés en week-end de course, ce qui équivaudrait à instaurer un deuxième arrêt obligatoire.

Mais Mario Isola estime qu’il s’agirait d’une fausse bonne idée : « Nous en avons parlé à Singapour. Mon sentiment, c’est que ce ne sera pas approuvé, parce que vous pousseriez les équipes à aller toutes dans la même direction. »

« Donc si l’objectif est d’avoir des stratégies différentes, alors, nous n’irons pas dans cette direction. »

En somme, les deux arrêts obligatoires risqueraient d’avoir des effets comparables au retour des ravitaillements, accusés aussi d’aplanir les stratégies possibles.

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less