Formule 1

Imola, Istanbul… Magnussen se réjouit de ne plus courir sur ‘des circuits parking’

Il aime les circuits old-school et urbains

Recherche

Par Alexandre C.

12 novembre 2020 - 08:19
Imola, Istanbul… Magnussen se réjouit de

Kevin Magnussen a certainement vécu un de ses week-ends les plus douloureux à Imola, au sens propre : car en raison d’un problème de boîte de vitesses, ses changements de rapport étaient brutaux, si bien que le pilote Haas F1 a souffert d’une migraine de l’espace, qui l’a contraint à abandonner.

Tout avait d’ailleurs mal commencé, comme un signe avant-coureur, avec un tête-à-queue en début de course…

« J’ai pris un bon départ, le premier tour se déroulait bien et je suis passé de 17e à 13e. Je me suis fait mettre en tête-à-queue par Vettel - ce qui était assez ennuyeux. J’ai repris la piste et j’ai senti que la voiture n’était pas trop endommagée. J’ai commencé à pousser, dans l’espoir que quelque chose comme une voiture de sécurité pourrait me remettre dans la course. C’est important de pousser le plus fort possible, même si les choses ne semblent pas très bonnes. »

« C’est un circuit brillant, et je conduisais une Formule 1 sur l’un des meilleurs circuits du monde. Vous pouvez en profiter pour prendre du plaisir aussi, même si vous êtes frustré d’avoir été mis hors course - c’est donc ce que j’ai fait. Bien sûr, j’ai eu un problème avec la boîte de vitesses, ce qui a aggravé les choses. À la fin, l’équipe m’a appelé aux stands. »

Cet épisode oublié, Kevin Magnussen se tourne vers un autre circuit qui fait son retour au calendrier, celui d’Istanbul... Et le Danois aime ne plus rouler, enfin, sur de véritables parkings !

« Je suis impatient d’aller sur un autre circuit. Istanbul est l’un des nouveaux circuits qui semble assez intéressant. Il y a de beaux virages à grande vitesse, je m’attends à ce que ces voitures les passent facilement à fond - à plein régime. Néanmoins, ça a l’air plutôt cool d’après ce que j’ai vu. Je pense qu’il est bon de regarder autant que possible les vidéos onboard, les courses précédentes, juste pour se faire une idée des trajectoires, des vibreurs à utiliser et des bosses à éviter. Mais au final, on en apprend beaucoup plus quand on y va et qu’on le conduit soi-même. »

« Je dirais qu’en général, ce sont les circuits urbains et les vieux circuits qui sont les meilleurs. Il y a quelques nouveaux circuits qui sont assez cool, mais généralement ils sont moins excitants parce qu’ils ont tendance à les construire totalement sur un terrain plat, avec des bordures plates et beaucoup de zones de dégagement. C’est un peu comme conduire sur un grand parking entre deux lignes blanches. Ce n’est pas très excitant. Donc, vous allez sur des pistes comme Imola ou Suzuka - et la F1 va aussi à Zandvoort, ce qui est cool, ces vieilles pistes sont juste beaucoup plus sympas. Les circuits urbains, bien sûr, sont également excitants car vous roulez à toute vitesse entre les murs. »

A Imola, la F1 a enfin testé un format réduit à deux jours : Kevin Magnussen l’a-t-il apprécié ?

« Je pense que c’était un super défi de n’avoir qu’une seule séance d’essais. Cela signifiait qu’il fallait vraiment se mettre rapidement dans le rythme, qu’on n’avait pas le temps d’être en régime de croisière. L’agenda entre les séances, c’était très chargé, il y avait beaucoup de décisions à prendre. Nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour régler la voiture. »

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less