Il y a 10 ans à Silverstone : Susie Wolff, dernière femme à participer à un GP de F1

... et il n’y a plus eu de femmes depuis

Par Alexandre Combralier

7 juillet 2024 - 10:02
Il y a 10 ans à Silverstone : Susie (…)

C’est la dernière femme à avoir participé à une séance officielle dans un week-end de Grand Prix : Susie Wolff.

Il y a dix ans, la pilote d’essais Williams F1 prenait le volant en essais libres, à Silverstone. Dans l’ombre de l’usine de Grove, elle jouait aussi un travail fondamental dans le simulateur de Williams F1.

Aujourd’hui, Susie Wolff met son expérience à profit comme directrice générale de la F1 Academy (une catégorie de type F4 100 % féminine).

« C’était un grand moment pour moi, un moment qui s’accompagnait d’une énorme pression mais aussi d’une énorme opportunité » s’est souvenue Susie Wolff pour la FOM.

« Je me souviens de la pression que j’ai ressentie pour faire une performance, sachant que c’était ma seule chance de montrer ce dont j’étais capable. C’était un véritable défi car j’avais littéralement 11 tours, deux relais - un ancien train de pneus, un nouveau train de pneus - et je n’étais pas dans la voiture tous les week-ends. »

« Je me suis donc lancée en sachant qu’avant tout, il n’y avait aucune chance que j’endommage la voiture parce que je devais la rendre à Valtteri Bottas en un seul morceau ! Mais deuxièmement, pour ma propre performance, je voulais être aussi rapide que possible pour montrer que j’étais capable de piloter à ce niveau. »

« Je me souviens très bien d’être arrivée à Maggots et Becketts, qui est la partie la plus rapide de Silverstone - et ceux qui ont roulé sur ce circuit savent exactement de quoi je parle. C’est un circuit où il faut vraiment croire en l’appui aérodynamique de la voiture. »

Si Susie Wolff avait autant la pression, c’était bien sûr en tant que femme et en raison de la persistance des inégalités de genres : tout échec ou accident de sa part aurait forcément nui à la cause des femmes dans le sport automobile.

« Il y avait beaucoup de gens qui attendaient de voir si j’allais être assez rapide ! Serais-je capable de gérer la pression ? »

« Il y avait de la nervosité, mais aussi de l’adrénaline. Je me souviens que lorsque je suis montée dans la voiture, il y avait une foule de journalistes à l’avant du garage, qui attendaient tous de me photographier dans la voiture. »

À quand une femme en F1 ?

10 ans sans aucune femme dans un week-end de F1 : cela fait longtemps.

Comme directrice de la F1 Academy, Susie Wolff s’efforce donc de réduire le fossé des inégalités de genre. Vaste fossé puisque la participation des femmes en sport auto n’a jamais excédé les 5 % ; et en karting, il y a souvent 1 ou 2 femmes pour 100 garçons...

Il y a quand même du progrès bien sûr. En endurance avec les ’Iron Dames’, ou encore en F4 Britannique où Abbi Pulling (membre de l’académie Alpine F1) est devenue la première femme à prendre part au championnat. La F1 Academy soutient aussi neuf jeunes femmes en karting, comme Luna Fluxa Cross qui est actuellement en tête de la série OK-N Senior, avec une large avance.

« Je me sens très chanceuse d’avoir l’expérience que j’ai dans mon poste actuel » poursuit Wolff.

« J’ai eu la chance inouïe que mes parents ne me fassent jamais penser que je faisais quelque chose d’inhabituel pour une fille. Mon frère aîné courait et, à mon avis, tout ce qu’il pouvait faire, je pouvais le faire. N’oublions pas que lorsque vous conduisez, vous portez un casque. Personne ne voit le pilote, donc votre genre n’a pas d’importance - ce qui compte le plus, c’est la performance. »

« Je sais ce que c’est que d’être un enfant de huit ans qui monte pour la première fois dans un kart. Je sais à quel point l’environnement peut être intimidant, je sais à quel point l’environnement peut être compétitif, à quel point il peut être difficile. Il n’y a jamais qu’un seul vainqueur et tout le monde veut gagner, il faut donc apprendre à gérer l’échec. »

« Pour moi, il était extrêmement important que la F1 Academy organise ses courses lors d’un même week-end de F1... C’est là que nous pouvons nous faire connaître et que nous pouvons avoir un impact pour que les gens voient ce qui est possible - parce que parfois, dans la vie, il faut le voir pour le croire. »

« Mais la F1 Academy n’existe pas uniquement pour permettre à une femme d’accéder à la Formule 1. »

« Je pense que nous ne sommes pas quelque chose de passager, nous sommes un mouvement et nous voulons augmenter la participation, augmenter le réservoir de talents et nous assurer que plus de femmes entrent dans notre sport. »

La question doit forcément être posée : à quand une femme titulaire en F1 ? Ce n’est pas pour demain, admet Susie Wolff.

« Quand les gens me demandent si une femme peut conduire une voiture de Formule 1, j’en ai piloté une pour ma part - et j’ai fait plus d’une distance de course complète à Barcelone, 78 tours (en essais privés, ndlr). Donc, ceux qui disent qu’une femme n’est pas physiquement capable, je l’ai fait. Je sais que nous sommes physiquement capables et je sais ce qu’est le parcours à chaque étape. »

« Aimerais-je voir une femme courir en Formule 1 ? Bien sûr que oui - et je ne suis pas très patiente dans le meilleur des cas ! Cela ne peut donc pas arriver trop tôt, mais le changement prend du temps. En augmentant le vivier de talents qui participent aux courses, je suis presque sûre que nous verrons une femme en Formule 1. Je ne peux pas vous dire exactement quand, mais j’espère que ce sera le plus tôt possible. »

« Je suis incroyablement ambitieuse et nous avons beaucoup de choses à venir. »

Williams F1

Recherche

Info Formule 1

Photos

Vidéos