Formule 1

‘Il n’y avait plus d’amour’ : Ricciardo a senti que Red Bull lui préférait Verstappen

Et c’est ce qui l’a conduit à partir

Recherche

Par Valentin Vilnius

12 mars 2019 - 15:44
‘Il n'y avait plus d'amour' : Ricciardo a

Daniel Ricciardo avait créé la surprise, l’an dernier, en décidant de quitter Red Bull pour Renault. L’Australien, avant le début de la nouvelle saison, en a dit plus sur ce choix qui a beaucoup fait parler.

Le nouveau pilote de l’écurie tricolore estime qu’il avait fait le tour de la question chez Red Bull ; surtout, il pense que Renault pourra le voir sous un nouvel angle, tel, franchement, un leader d’équipe, et non comme un pilote issu d’une filière junior.

« Il y a plus de chances pour moi d’être en position de mener une écurie chez Renault. J’arrive ici, les gens ne me connaissent pas. Les gens dans cette équipe me rencontrent comme une personne de 29 ans, alors que beaucoup de monde, chez Red Bull, m’ont rencontré alors que j’étais un jeune de 20 ans. »

« Je ne dis pas qu’ils me traitaient comme un enfant jusqu’à l’an dernier, mais ils me connaissaient depuis que j’étais enfant. C’est pourquoi j’ai plus l’opportunité, chez Renault, de créer quelque chose. Penser que vous avez la chance de mener une équipe de, disons, 1000 personnes c’est intimidant et exaltant dans le même temps. Penser que vous pourriez avoir ce pouvoir, cela vous rend humble, mais je reconnais bel et bien que j’ai quelque talent pour rassembler et unir les gens. La première chose que j’avais besoin de faire, était de reconnaître que j’avais beaucoup d’influence. Je suis excité de relever ce défi. »

La décision de quitter le giron Red Bull n’a pas été facile malgré tout, et Daniel Ricciardo dit avoir longtemps hésité… Le Grand Prix à Bakou – les deux Red Bull s’étaient percutées – a beaucoup pesé.

« J’ai eu du mal à passer à autre chose, pendant toute la course et après. Cela a joué dans ma décision. Je n’ai jamais ressenti les mêmes choses après. Dès le crash, une partie de moi s’est dite ‘vous avez mérité ça les gars, vous avez cherché la merde’. »

« Si les rôles avaient été inversés, si j’avais été devant et si j’avais changé deux fois de trajectoire dans la zone de freinage, et qu’il m’avait percuté, alors, est-ce que la situation aurait été gérée de la même manière ? Je me suis posé et reposé cette question. »

« L’équipe a dit que nous étions également coupables, alors que je pensais au fond de moi que c’était leur erreur, et l’erreur de Max. »

Le poids pris par Max Verstappen au sein de l’équipe Red Bull a ainsi conduit Daniel Ricciardo à chercher une position, ailleurs, de leader d’équipe.

« Ce n’était pas quelque chose de physique. Max n’a jamais eu un meilleur aileron avant que moi. Mais il s’est engagé pour si longtemps avec l’équipe, il a signé un si gros contrat, que je sentais que l’équipe se disait ‘Max place plus de foi en nous que toi, et tu prends trop de temps à négocier. »

« Peut-être que Red Bull a juste pensé que je n’irais pas ailleurs ; mais je pense que c’était une mauvaise mentalité. J’ai senti que je devais travailler trop dur pour justifier ce que je voulais, et que mes performances auraient dû suffire. Peut-être que l’amour n’était juste plus là. »

Daniel Ricciardo a finalement refermé le chapitre Red Bull, sans avoir remporté un titre mondial. L’Australien a-t-il donc un goût d’inachevé ?

« Je ne regarde pas cela de manière négative, j’ai franchi les étapes importantes de ma carrière à chaque fois chez Red Bull. Chez Red Bull, chaque année, on dit que ‘cette année sera la bonne pour nous’… Le risque d’être déçus ou abattus est naturellement plus élevé. »

« J’ai rejoint l’équipe après l’obtention de quatre titres mondiaux, donc je pensais que j’aurais une voiture capable de gagner le championnat. Pendant cinq ans, ce ne fut pas le cas. De ce point de vue, il y a moins de risques en arrivant chez Renault, parce que nous savons que des marges de progression existent pour nous. »

Renault F1

expand_less