Formule 1

‘Il mérite sa chance’ : gentleman, de Vries félicite Latifi pour son accession en F1

Il ne s’estime pas frustré par sa situation en Formule E chez Mercedes

Recherche

Par A. Combralier

17 décembre 2019 - 16:54
‘Il mérite sa chance’ : gentleman, de (...)

George Russell, Lando Norris et Alexander Albon : les trois premiers du championnat F2 2018 ont fait le grand saut en F1 cette année. Nicholas Latifi, 2e de cette saison en F2, évoluera lui aussi en F1 l’an prochain, chez Williams. Mais le champion Nyck de Vries n’a pu trouver un volant dans la discipline reine ; il a dû se rabattre sur la Formule E avec un engagement tout de même alléchant auprès de Mercedes.

Le Néerlandais est-il frustré par sa situation aujourd’hui ? Il peut tout de même s’en vouloir d’avoir seulement fini 4e en F2 en 2018, derrière un autre protégé de McLaren, Lando Norris.

« J’avais un but personnel en 2018, je voulais gagner pour montrer au monde qu’en tant qu’équipe, nous avions la possibilité de gagner le championnat. Mais dans le même temps je sais que rien n’est évident dans ce monde, tout peut évoluer rapidement. »

Nicholas Latifi a obtenu le volant Williams grâce au soutien financier de son père. L’argent l’a emporté sur le talent : de Vries y voit-il une sévère injustice ?

« Il y a beaucoup de choses qui jouent pour arriver en F1, et performer, faire le boulot, ne suffit pas. Je l’accepte, j’en suis conscient. Je suis une personne réaliste, je n’ai aucun ressentiment à ce sujet. »

« Je suis très heureux pour Nicholas Latifi qui aura l’opportunité de courir en F1. Il a fait une bonne saison aussi, il a fini 2e, c’est du bon boulot et je pense qu’il mérite sa chance. »

« J’ai eu une opportunité en Formule E avec Mercedes-Benz EQ et je suis heureux et reconnaissant pour cela, je ferai tout mon possible pour m’assurer que cette collaboration soit un succès. »

De Vries aura fini avec une large avance champion de F2, dans un championnat très relevé qu’il estime pourtant sous-estimé aujourd’hui.

« Parfois je pense que les gens sous-estiment à quel point c’est difficile de bien performer en F2. Par exemple UNI-Virtuosi a été assez solide sur la distance d’une course cette année, mais en Russie ils n’avaient pas l’air très forts. DAMS aussi semblait très solide en rythme de course, mais à Monza, ce fut un week-end difficile pour eux. »

« Même du samedi au dimanche… le samedi au Paul Ricard, nous avions fait le tour le plus rapide et dans le dernier tour, nous avons gagné la course longue ; la course sprint fut difficile. Donc cela prouve juste que la fenêtre est très étroite, les gens ne comprennent pas pleinement les pneus et tout cela. »

« En F1, ils souffrent pour comprendre les pneus, et ils ont des centaines de capteurs sur la voiture, plus que ça, pour tout comprendre ; et en F2, nous n’en avons quasiment aucun. »

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less