Hülkenberg n’a ’pas perdu la main’ malgré trois ans d’absence en F1

Le nouveau pilote Haas F1 est "affamé" pour 2023

Recherche

Par Paul Gombeaud

21 novembre 2022 - 16:30
Hülkenberg n'a 'pas perdu la (...)

Trois ans après avoir été titulaire pour la dernière fois en Formule 1 avec Renault, Nico Hülkenberg va disputer la saison 2023 avec Haas F1 où il remplacera Mick Schumacher.

Le défi sera donc très grand pour l’Allemand âgé de 35 ans, qui a brillé lors des quatre remplacements qu’il a effectués entre 2020 et 2022, mais il ne s’inquiète pas pour l’année prochaine et assure qu’il est en pleine forme.

"Je veux être la meilleure version de moi-même et c’est toujours excitant de débuter un projet avec une nouvelle équipe, de rencontrer tout le monde pour la première fois et de commencer le travail. Vous évoluez dans un environnement bien plus détendu en tant que troisième pilote. Il n’y a pas de pression liée à la performance mais je voulais retrouver la compétition et la course."

"Je n’ai pas l’impression d’avoir perdu la main après trois ans. Au contraire, je me sens frais, reposé et affamé de nouveau. Il y a certaines choses que j’aborderai différemment. J’ai eu une pause et du temps pour réfléchir et tout évaluer. J’ai également accompli de belles choses par le passé. Kevin et moi voulons faire avancer l’équipe et optimiser ce que nous avons. La saison sera longue avec 24 courses. Espérons que nous serons en mesure de décrocher de bons résultats."

Du "respect mutuel" avec Magnussen

Hülkenberg va en effet faire équipe avec Kevin Magnussen, avec qui il avait connu une altercation devenue très célèbre au Grand Prix de Hongrie en 2017. Mais en début d’année, les deux hommes ont eu l’opportunité de discuter et de "briser la glace" comme l’explique le pilote allemand.

"Je m’attends à ce que nous ayons une bonne relation. Nous avons oublié cet incident et brisé la glace en début d’année. Je le rencontrais et lui disais bonjour de la même façon que durant l’incident de 2017, il trouvait cela drôle et amusant. Je n’ai absolument aucune inquiétude à l’idée de courir à ses côtés. Nous sommes des adultes et nous nous respectons mutuellement. Nous courrons pour l’équipe. Il n’y aura aucun problème."

Les deux pilotes Haas F1 ont d’ailleurs un point commun : ils ont tous les deux réussi à revenir en Formule 1 après l’avoir quittée. Pour Hülkenberg, il est avant tout question de mental pour croire à un comeback dans la discipline.

"Lorsque votre carrière est en pause, vous gardez une approche professionnelle et vous continuez à donner tout ce que vous avez. Mais je pense que dans ce sport, beaucoup de choses se passent dans la tête. Vous devez être heureux et avoir le bon état d’esprit. C’est aussi ce qui vous permet de garder de la confiance. Si vous entrez dans un cycle et que vous n’avez pas tout ça, les choses se compliquent. On commence alors à vous poser des questions inconfortables et cela peut affecter vos performances. Il faut savoir s’en détacher pour créer un nouveau cercle vertueux."

Mick Schumacher a encore "beaucoup de temps devant lui"

Hülkenberg a également rendu hommage à son prédécesseur Mick Schumacher qu’il voit rebondir en 2023. Il l’a d’ailleurs défendu suite à son accrochage avec Nicholas Latifi durant le Grand Prix d’Abu Dhabi.

"Il est jeune et ambitieux. Je suis sûr que quoiqu’il fasse l’année prochaine, il aura le temps de digérer et d’apprendre. Il rebondira. Il a encore beaucoup de temps devant lui."

"Ce n’est jamais bon de terminer une saison sur une erreur, mais il faut dire aussi que ’Goatifi’ employait une trajectoire étonnante à l’entrée du virage : il est parti large avant de se rabattre et je pense que Mick ne s’y attendait pas, c’était un peu étrange. Personne ne blâme vraiment Mick et je lui souhaite le meilleur pour la suite."

Se sent-il coupable d’avoir mis un jeune compatriote hors de la F1 pour revenir ?

"Non, parce que c’est naturel en F1. Nous nous battons tous pour nos carrières, pour le même morceau de tarmac. De nombreux pilotes dans leur carrière ont dû changer de voie à cause d’un autre gars, que ce soit pour plus d’expérience - 2 ans de plus ou 10 ans de plus - ou pour plus de talent, ou les deux."

"C’est comme ça que la F1 est et, en fin de compte, le pilote, quand il court, doit convaincre l’équipe avec ses performances. Si ce n’est pas le cas, l’équipe va en changer. Même chose avec les ingénieurs, avec tout le personnel."

Ce mardi, Hülkenberg découvrira la VF-22 durant la journée d’essais et fera donc ses premiers pas en tant que pilote Haas F1.

"La chose la plus importante de demain sera de découvrir et de comprendre la F1 de Haas, ce qui me permettra de prendre une longueur d’avance pour l’année prochaine. Nous n’aurons que trois jours d’essais hivernaux avant le premier Grand Prix, ça fait peu. J’aurai ainsi un premier aperçu de cette voiture et je verrai comment tous ses systèmes fonctionnent, ce sera déjà ça de fait."

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos