Horner veut une ’sécurité’ si Red Bull Powertrains (Porsche) se manque en 2026

Développer un tout nouveau V6, un ‘énorme fardeau’

Recherche

Par Alexandre C.

27 août 2022 - 19:31
Horner veut une 'sécurité' (...)

La F1 a décidé de sa prochaine réglementation (à compter de 2026), tant technique, financière que sportive, concernant l’unité de puissance.

Pour cette nouvelle ère, quoique les changements ne soient pas aussi drastiques qu’en 2014, Red Bull construira son propre moteur avec ses installations Red Bull Powertrains, probablement en joint-venture avec Porsche. Audi arrivera à partir de 2026 aussi, sans doute avec Sauber.

Il faut cependant éviter deux écueils avec cette nouvelle réglementation. Deux écueils vus en 2014. D’une part, la disparité de performances sur le plateau : en 2014, Mercedes écrasait la concurrence, et le suspense avec. D’autre part, il faudra quelque peu faciliter la vie aux nouveaux entrants du groupe Volkswagen, pour éviter une nouvelle catastrophe de type Honda.

Pour cela le règlement a prévu le coup : les nouveaux manufacturiers recevront 5 millions de dollars en 2025 et le double en 2023 et 2024, pour leur permettre de se mettre à niveau.

Christian Horner apprécie ces efforts, puisque Red Bull aura un nouveau motoriste en 2026, qu’il se nomme Red Bull Powertrains ou Porsche. Mais est-ce assez ? Le défi de construire une nouvelle unité de puissance n’est-il pas trop immense pour Milton Keynes ?

« Le moteur évolue, mais il y a un grand nombre d’éléments que l’on pourra transposer d’un règlement à l’autre. »

« Mais pour un nouveau venu, quand vous partez de zéro, c’est un énorme défi. »

« Même si la FIA essaie d’avoir un moteur plus prescriptif [dans sa conception], il y a toujours de la performance à aller chercher. Les ingénieurs de Formule 1 montrent sans cesse à quel point ils sont créatifs pour trouver de la performance. »

« Les points faibles les plus importants pour un nouveau venu sont de deux ordres. Le premier est que nous devons rattraper notre retard, nous devons essayer de rattraper un retard de près de 10 ans de réglementation, de savoir-faire et de connaissances que nous n’avons pas. »

« Et dans le cadre des contraintes budgétaires qui existent, 10 millions de dollars [de bonus] pour un nouveau venu est assez frugal, en particulier pour le moteur, pour être en mesure de rattraper les connaissances et le savoir-faire. Et en particulier avec la transposition, d’un règlement à l’autre, de la technologie du moteur à combustion interne. »

Vu l’ampleur du chantier, Red Bull Powertrains n’est-elle pas déjà en retard sur le calendrier pour 2026 ? Horner fait le point.

« L’autre défi pour un nouveau venu dans le cadre de ces réglementations financières est de construire ses installations, car il faut partir de zéro. En 55 semaines, nous avons créé une usine et nous avons produit notre premier moteur à combustion, ce qui est une énorme réussite. »

« Mais il y a encore un long, long chemin à parcourir en termes de capacité de fabrication, etc. Et il y a des délais à respecter pour cela, dont certains sont légèrement irréalistes. En tant que nouveau venu, c’est un énorme fardeau. »

« Nous voulons simplement qu’il y ait un plateau avec un niveau de performance équitable - en ce sens que nous ne voulons pas surpasser ce que les motoristes actuels ont, mais nous voulons être en mesure d’arriver à un point où nous pouvons avoir la même chose. »

Christian Horner est soucieux d’un point : que se passera-t-il si un motoriste (Red Bull Powertrains au hasard) rate totalement sa cible en 2026, comme Honda en 2015 ? Y aura-t-il des compensations prévues pour lui permettre de rattraper le coup ?

« Fondamentalement, le filet de sécurité qui était dans le règlement, c’est quelque chose qui devra être revu au fil du temps. Si un manufacturier manque la cible ... quelle est cette indemnité, cette compensation qui est prévue pour corriger cela - afin que nous n’ayons pas une grande disparité massive de performance, comme nous l’avons vu lors de l’introduction de l’ère V6 2014 ? C’est un travail en cours. »

Pourquoi donc Red Bull a-t-elle produit un moteur à combustion classique dans son usine ? Pour se faire la main ou parce que ce moteur sera réellement utile pour 2026 ?

« Le moteur que nous avons créé est basé sur les connaissances qui ont été discutées dans les forums techniques de l’unité de puissance. »

« Donc heureusement, ce n’est pas totalement sans rapport avec les règlements et il était important pour nous d’avoir ce tout premier moteur conçu et produit par Red Bull. C’était un moment historique pour l’entreprise de voir ce moteur prendre vie juste avant les vacances d’été. »

« Mais aujourd’hui, la clarté des réglementations, de la capacité du turbo, des taux de compression, des spécifications des pistons, etc., tout cela, permet de poursuivre le développement dans le délai qui nous sépare de 2026, ce qui, dans un contexte de contrôle des coûts, représente un défi important. »

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos