Horner réfute Hamilton sur les commissaires, Wolff croit à des biais inconscients

Première polémique dans le paddock…

Recherche

Par Alexandre C.

23 février 2022 - 15:42
Horner réfute Hamilton sur les (...)

Lewis Hamilton a lancé un pavé dans la mare de la FIA ce mercredi, en assurant que les commissaires FIA (qui prennent les décisions d’infliger ou non des pénalités en course) avaient des « biais » pour certains pilotes ou dirigeants du paddock, parce qu’ils étaient amis ou voyageaient avec eux.

Entre les lignes le pilote Mercedes semble insinuer que la claque d’Abu Dhabi, ou les décisions controversées de Djeddah ou du Brésil par exemple, étaient peut-être dues à ce manque d’objectivité et à un parti pris pour Red Bull et Max Verstappen…

Faut-il penser ainsi que l’objectivité n’est qu’un doux rêve pour une FIA qui serait de l’intérieur biaisée ?

Toto Wolff, interrogé sur les propos de son pilote, a réfuté qu’il existait un « biais conscient » dans la salle des commissaires.

Cela veut donc dire qu’il pourrait exister un biais inconscient, ce qui serait le cas quand un commissaire aurait à juger du cas d’un pilote « ami »…

« Il y a de très bonnes personnes sur lesquelles nous pouvons nous appuyer » tempère Toto Wolff.

Pour lui, le vrai sujet ce ne sont pas apparemment ces biais, mais le manque de constance dans l’application des règles.

« Nous en avons tous parlé : le sujet de l’inconstance. Il ne devrait pas y avoir beaucoup de place pour l’interprétation des règles. Il ne devrait pas y avoir beaucoup d’indulgences en termes de ce que pourrait être une pénalité potentielle. Les règles sont les règles. »

« Comme tout est en train d’être restructuré, j’ai confiance en Mohammed Ben Sulayem pour qu’à l’avenir nous optimisions toutes ces structures. »

Surtout, le directeur d’équipe veut mettre derrière lui la polémique d’Abu Dhabi ; et passer à autre chose...

« Je suis d’accord avec Christian pour dire que nous devons passer à autre chose. »

« On a tellement parlé d’Abu Dhabi qu’on en est arrivé à un point où c’est vraiment dommageable pour nous tous, parties prenantes de la Formule 1, et nous avons fermé le chapitre et passé à autre chose. »

« Il s’agit maintenant de 2022. Tous les points sont remis à zéro et il y a de nouvelles opportunités et de nouveaux risques. »

On a du mal à croire cependant que Christian Horner et Toto Wolff vont devenir les meilleurs amis du monde du jour au lendemain, sans que 2021 ne laisse des traces...

« C’était à prévoir [ce qui est arrivé l’an dernier]. »

« C’est devenu féroce par moments et brutal mais l’enjeu est de taille. C’est le championnat du monde de Formule 1 et il y a de la lutte sur la piste et hors piste pour trouver des avantages, donc c’est normal. »

Horner réagit aux propos de Lewis Hamilton

Une fois n’est pas coutume, Christian Horner, chez Red Bull, est d’accord avec Toto Wolff : il n’existe pas de "biais intentionnel" du côté de la FIA.

Mais Christian Horner va plus loin et nie en bloc les accusations de collusion dont fait part Lewis Hamilton...

« Je ne suis pas au courant du fait que des commissaires voyagent avec les pilotes lors des courses. »

Alors comment faire ? Pour Christian Horner, le vrai sujet réside... dans le flou de la rédaction du règlement, notamment sur les limites de piste.

« Vous avez des règlements très compliqués qui laissent ensuite place à l’interprétation. »

« Les limites de piste sont évidentes, car dans n’importe quel autre sport, si vous dépassez la ligne blanche, vous êtes éliminé. Et vous avez une situation comme celle que nous avons actuellement où certains virages sont OK, d’autres non. »

« Pour les fans, et même pour les équipes et les pilotes, c’est déroutant. Ce dont vous avez besoin, c’est de règles claires qui soient ensuite faciles à contrôler. »

« Nous avons tous été confrontés à des décisions des commissaires qui nous ont déplu. »

Christian Horner fait-il confiance aux réformes mises en place par Mohammed Ben Sulayem ? Seront-elles suffisantes ?

« Avec Mohammed Ben Sulayem, nous avons un nouveau président qui cherche à renforcer la structure et à introduire l’équivalent de la VAR, ce que les meilleures équipes ont à leur disposition. »

« Donner une meilleure infrastructure pour des décisions plus claires avec des règlements plus clairs est un objectif à atteindre. Mais je ne pense pas que les commissaires aient fait preuve de partialité au cours des dernières saisons. »

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos