Horner : Red Bull est plus transparente qu’une équipe constructeur

Le directeur se défend encore après les attaques en cours à Singapour

Recherche

Par Franck Drui

2 octobre 2022 - 08:28
Horner : Red Bull est plus transparente

Faire respecter un budget plafonné en F1 est une tâche extrêmement difficile mais, après plus de 10 ans de discussions sur le sujet, les équipes, la FOM et la FIA sont parvenus à un accord il y a quelques années, pour appliquer ça à partir de la saison 2021.

Alors que des spéculations sur des cas de non respect montent ces derniers jours, on se demande tous ce que le rapport de la FIA (public ou non) comportera, à l’adresse des équipes et peut-être des médias et donc des fans.

Car c’est finalement le fonctionnement de chaque équipe qui a dû être disséqué. Lorsqu’on demande à Christian Horner s’il était possible de faire appliquer des règles de la même manière à des équipes indépendantes, à des équipes dotées de filiales comme la sienne ou à des grands constructeurs, le directeur de Red Bull veut croire que oui. Et il suggère même que c’est forcément plus transparent chez lui que chez les équipes constructeurs comme Mercedes, Ferrari ou Alpine.

"Dans l’ensemble, évidemment, plafonner les budgets est une chose positive en Formule 1 et cela a eu un impact direct sur les coûts. Encore une fois, j’ai entendu des chiffres allant jusqu’à 40 personnes licenciées dans l’une de nos équipes rivales (Mercedes F1). Chez Red Bull, nous avons licencié plus de 90 personnes. Et le contrôle des coûts qui s’est poursuivi a été absolument rigoureux dans toute l’organisation."

"Mais bien sûr, il y a tellement de constructions différentes d’équipes, d’entreprises, de filiales, que c’est un éléphant pour la FIA à mobiliser. Red Bull, en tant qu’équipe indépendante, est extrêmement transparente dans la façon dont elle mène ses activités. Nous ne sommes pas une filiale d’un constructeur. Nous avons nos propres filiales directes, faciles à contrôler, des accords avec AlphaTauri, là aussi il y a des factures et des contrats faciles à vérifier. Je pense que c’est quelque chose que la FIA peut contrôler bien plus facilement qu’une équipe qui est aussi un grand constructeur et à des usines, des centres de recherche."

"Inévitablement, il y a des apprentissages et nous voyons des clarifications qui sortent même après que la soumission des comptes a été faite, et cela pourrait avoir un impact sur ces soumissions qui ont été faites en mars. Il y aura toujours un processus d’apprentissage, tant pour les régulateurs que pour les participants pendant un bon bout de temps."

Et Horner estime que ce qu’a mis en place la FIA, en collaboration avec toutes les équipes pendent 2 ans avant 2021, est assez contraignant.

"Vous devez vous engager parce que c’est une réglementation fondamentale. Donc, nous vivons et respirons chaque jour, chaque décision que nous prenons concernant la façon dont nous exploitons notre équipe a cet effet. Bien sûr, quand vous passez d’une échelle de taille à laquelle nous étions, comme d’autres équipes, à quelque chose de plus petit, c’est difficile."

"Le plafond, vous vous en souvenez, était auparavant fixé à 175 millions, puis a été réduit à 140, puis a été légèrement augmenté avec des courses supplémentaires. C’est donc un défi énorme. Et, vous savez, les compromis que nous avons faits pour y arriver ont été importants, que ce soit par le biais du personnel, que ce soit par le gel des salaires,... Il y a tellement d’aspects dans en termes de fonctionnement de la voiture, de développement de la voiture, et quand vous regardez la quantité de composants que nous avons apportés à la voiture cette année, c’est considérablement moins que certains de nos concurrents. La façon dont vous faites la course ces jours-ci est très, très différente. Et le plafonnement des coûts est extrêmement complexe. Vous savez, c’est une grosse surcharge à gérer, mais c’est tissé dans tous les aspects de l’équipe maintenant."

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos