Horner : Pourquoi l’accord Red Bull - Porsche en F1 n’a pu se conclure

"Une fausse image de l’état d’avancement des pourparlers"

Recherche

Par Franck Drui

10 septembre 2022 - 08:00
Horner : Pourquoi l'accord Red (...)

Le directeur de l’équipe Red Bull, Christian Horner, déclare que Porsche prenait de l’avance en pensant qu’un accord était presque conclu et affirme que les négociations n’ont pas réussi à protéger l’indépendance de son équipe de la bureaucratie du constructeur allemand.

Porsche et Red Bull étaient en négociations depuis un certain temps concernant un partenariat à partir de 2026, mais vendredi, le constructeur de voitures de sport a publié une déclaration expliquant que l’accord ne se poursuivrait pas.

Horner a réagi à Monza et selon lui, "la publication n’a pas été une surprise".

"Les révélations de Porsche à certaines autorités sur ses plans ont donné une fausse image de l’état d’avancement des pourparlers. Je pense que les grandes organisations ont besoin d’une planification importante, elles prennent un peu d’avance sur la réalité, mais il n’y a jamais eu d’engagement contraignant signé entre les parties. Cela a dû être subjectif de leur part."

"Les discussions n’étaient exactement que cela - il n’y avait que des discussions, il n’y avait jamais rien de signé ou d’accord. Je ne vais donc pas entrer dans les détails de ce que ces détails étaient ou impliquent, mais l’une des forces de cette équipe a été son indépendance. Parfois, cela inculque toutes les vertus et les valeurs de Red Bull - en tant que challenger, en tant que non-conformiste - et c’est l’un des principaux attributs qui nous a permis d’avoir autant de succès dans ce sport à ce jour. Nous ne voulions pas les diminuer ou les diluer de quelque manière que ce soit et ce sont des principes fondamentaux sur la façon dont nous allons également relever le défi de l’unité de puissance."

"L’une de nos principales forces a été notre indépendance, notre prise de décision rapide et l’absence de bureaucratie. Nous sommes fondamentalement une équipe de course et cela nous permet de prendre des décisions rapides, des décisions efficaces et de réagir très rapidement en tant qu’équipe de course. Je pense que nous avons vu à de nombreuses reprises que les constructeurs ont été moins autonomes dans leur prise de décision et c’était un aspect clé de la protection de ce que nous avons et de la façon dont nous fonctionnons, ce qui s’est avéré raisonnablement efficace."

Red Bull Powertrains "ne dépend pas d’un investisseur"

Interrogé quant à savoir s’il y avait un moment où la vente de 50% de Red Bull Technology, dans le cadre de cet accord, avait été envisagée, Horner a répondu : "Bien, évidemment, il y a eu une manifestation d’intérêt. Les actionnaires y ont évidemment réfléchi mais ont décidé que ce n’était pas bon pour Red Bull Racing, Red Bull Technology ou Red Bull Powertrains."

La déclaration de Porsche souligne bien à quel point le constructeur voulait l’égalité dans le partenariat entre lui et l’équipe, mais Horner suggère que Porsche n’apportait pas suffisamment d’expertise pour abandonner autant de parts (la moitié, ndlr).

"Ce qui nous intéressait, lorsque vous construisez une unité de puissance largement électrifiée à partir de zéro, avec un constructeur, c’est que peuvent-ils potentiellement apporter à la partie à laquelle nous n’avions pas accès ? Après avoir fait notre propre audit, de manière raisonnable, nous avons estimé que nous étions en bonne position pour cela et avec le recrutement que nous avons fait, techniquement nous ne nous sentons pas désavantagés par rapport à nos concurrents."

"Porsche est une grande marque, une grande entreprise et nous leur souhaitons bonne chance pour leur avenir, quoi qu’il arrive. De toute évidence, la direction de Red Bull est claire - nous nous sommes lancés dans cette aventure après le retrait de Honda de la Formule 1. Une clé de cela était le moteur gelé pour nous permettre de terminer cette période, pour avoir le temps de créer une installation à Milton Keynes et recruter certains des meilleurs talents."

"Nous avons maintenant plus de 300 personnes employées dans une usine opérationnelle en 55 semaines à la pointe de la technologie, nous avons fait tourner le premier prototype d’un moteur V6 complet pour 2026 avant les vacances d’été et notre stratégie consistant à avoir le moteur et le châssis sous le même toit, dans un même campus en réalité, avec des ingénieurs et concepteurs moteurs assis à côté d’ingénieurs et concepteurs châssis - reste absolument inchangé."

"Donc, à aucun moment, cela n’a dépendu de l’implication d’un investisseur, d’un constructeur ou d’un équipementier, et il n’y a eu aucune contribution de Porsche à ce prototype ou à où nous en sommes à ce jour. Nous nous concentrons donc beaucoup sur 2026, sur l’avenir, et nous attendons avec impatience ce prochain chapitre - ce nouveau chapitre passionnant - pour Red Bull Racing."

Audi - Porsche - VW

Info Formule 1

Photos

Vidéos