Formule 1

Horner : Le marchandage avec la FIA, c’était comme ’être dans un souk’

"Je n’ai jamais vu cela auparavant"

Recherche

Par Olivier Ferret

6 décembre 2021 - 08:35
Horner : Le marchandage avec la (...)

Le directeur de l’équipe Red Bull, Christian Horner, affirme que le marchandage qui a eu lieu avec le directeur de course de la FIA, Michael Masi, pendant le Grand Prix d’Arabie saoudite s’apparentait à "être dans un souk".

Après un deuxième drapeau rouge pour un accident impliquant Sergio Perez et Charles Leclerc, puis George Russell et Nikita Mazepin, Masi s’est ensuite retrouvé impliqué dans des négociations sur les positions de redémarrage de la grille avec les directeurs sportifs de Red Bull et Mercedes, Jonathan Wheatley et Ron Meadows.

En effet, il y a eu un incident au premier virage au premier redémarrage où Max Verstappen a repris l’avantage à Lewis Hamilton en coupant le virage. Alors que Hamilton prenait des mesures pour éviter une collision potentielle, il a été dépassé par le pilote Alpine Esteban Ocon à la sortie du deuxième virage, peu de temps après quoi le drapeau rouge a été brandi suite aux incidents dans le peloton.

Pendant la pause, alors que la piste était nettoyée, un vrai troc s’est effectivement déroulé quant à l’endroit où les voitures devraient s’aligner pour le deuxième redémarrage, Masi faisant des offres à la fois à Wheatley et à Meadows.

Un compromis a finalement été trouvé, menant à mettre Ocon en pole suivi d’Hamilton et Verstappen.

"C’était un peu comme être dans un souk, ce qui est inhabituel. Je n’ai jamais vu cela auparavant. De toute évidence, nous avons exprimé nos propres arguments. Je suis sûr que Mercedes a exprimé les leurs. C’était juste très frustrant."

Dans l’ensemble, Horner a réitéré sa déception face aux décisions prises pendant la course, Verstappen s’est vu infliger une pénalité de cinq secondes pour avoir forcé Hamilton à sortir de la piste en fin de course, et une pénalité supplémentaire de 10 secondes pour un freinage qui a conduit le Britannique à rentrer dans l’arrière de sa RB16B.

"Nous ne pensions pas que la pénalité de cinq secondes était vraiment justifiée. Presque toutes les décisions ont été contre nous, comme elles l’ont été à Losail il y a deux semaines. Lewis a eu deux incidents samedi et rien contre lui. Cela a été pour le moins variable."

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less