Honda, le motoriste qui continue de s’impliquer en F1 après l’avoir quittée

Le manufacturier japonais est encore très actif en coulisses

Recherche

Par Paul Gombeaud

9 février 2022 - 08:23
Honda, le motoriste qui continue de (...)

C’est aujourd’hui que Red Bull Racing présente sa RB18B, à 17 heures. Et dans maintenant moins de deux semaines débuteront les essais hivernaux de la saison 2022 de Formule 1 à Barcelone, et nous verrons pour la première fois les équipes Red Bull et AlphaTauri rouler avec un moteur... Red Bull Powertrains.

Il s’agira bien entendu d’un moteur Honda, mais le manufacturier japonais a officiellement quitté le sport en fin de saison dernière et son nom n’apparaîtra donc plus sur aucune monoplace cette année. A moins que la présentation de 17h nous laisse une surprise ? Et même si son nom est bien absent, cela ne signifie pas qu’il ne sera pas actif, bien au contraire.

Honda a en effet décidé de développer le moteur de la saison 2022, carburant à l’E10, pour ces deux équipes afin de les aider au maximum, et a permis à Red Bull de récupérer les droits intellectuels de l’unité de puissance. Certains employés de la firme japonaise ont même rejoint le programme ’Powertrains’ pour apporter leur aide et expérience.

Et grâce au gel moteur qui entrera en vigueur le 1er Mars, Red Bull et AlphaTauri sont en plus assurées d’avoir un moteur règlementaire jusqu’en 2025, avant les changements sensés entrer en vigueur l’année suivante.

Autrement dit, si Red Bull a officiellement récupéré les propriétés du moteur Honda, elle pourrait n’avoir aucun travail à effectuer sur l’unité de puissance grâce au gel et ainsi s’éviter une énorme charge de travail supplémentaire. C’est aussi une garantie pour l’équipe championne en titre des pilotes de rester compétitive, le bloc Honda ayant désormais un niveau très similaire à celui de Mercedes.

De plus, un nouveau carburant fait son entrée en F1 cette année, l’E10. Cette essence plus bio que sa devancière (5,75% d’éthanol avant, 10% maintenant) devrait générer des pertes de puissance estimées aux alentours de 20 chevaux selon Ferrari, et qui a en plus nécessité beaucoup d’ajustements auprès du moteur à combustion interne. Un travail délicat qui demande donc un savoir-faire que n’aurait probablement pas eu le programme ’Powertrains’ d’entrée de jeu.

On peut donc considérer que Honda a développé le moteur de 2022 comme un motoriste encore impliqué en F1, en plus d’être amené à continuer de fournir du soutien en piste et depuis son usine au Japon. Et cela pourrait continuer encore davantage dans le temps.

Honda devrait en effet continuer à assembler et entretenir les moteurs Red Bull à Sakura jusqu’en 2025. Ainsi, et bien qu’elle ait donné les droits de son moteur à l’équipe autrichienne, Honda pourrait être considérée comme un prestataire de Red Bull pour la période allant de 2022 à 2025.

Cela permettrait par ailleurs à Red Bull Powertrains de travailler sur leur ’vrai’ premier moteur qui entrerait en vigueur en 2026, à moins que l’écurie autrichienne ne se soit trouvé un nouveau partenaire d’ici-là (n’oublions pas les rumeurs autour de l’arrivée du groupe Volkswagen en F1).

Finalement, à l’image du moteur Renault rebadgé ’Tag Heuer’ de 2016 à 2018, ’Red Bull Powertrains’ pourrait n’être qu’un nom d’usage. Quoiqu’il en soit, et alors qu’on pouvait penser ne pas revoir Honda de sitôt après l’annonce de son départ, le motoriste japonais semble finalement parti pour rester un peu plus longtemps en Formule 1, de manière non officielle.

AlphaTauri

Honda

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos